Modern technology gives us many things.

Bruxelles : la peine d’Hicham Diop aggravé à 15 ans

La cour d’appel de Bruxelles a condamné vendredi Hicham Diop à une peine de 15 ans de prison pour avoir tenté de tuer deux policiers à Schaerbeek en octobre 2016. Mais la cour n’a pas retenu la circonstance aggravante de terrorisme. En première instance, le juge avait estimé qu’il s’agissait de coups et blessures prémédités, sans retenir un contexte terroriste non plus, et avait condamné Hicham Diop à 9 ans de prison.

La 12e chambre de la cour d’appel de Bruxelles a réformé vendredi le jugement prononcé en première instance à l’encontre d’Hicham Diop.

Comme le premier juge, la cour a estimé qu’il n’était pas prouvé que Hicham Diop avait été animé d’une intention terroriste lorsqu’il s’en est pris aux policiers.

Tentative d’homicide avec préméditation
Par contre, la cour a considéré que le prévenu avait été animé d’une intention homicide avec préméditation, alors que le premier juge avait affirmé que l’auteur avait blessé, avec préméditation, mais sans avoir eu l’intention de tuer.

Compte tenu du fait que la prévention de tentative d’assassinat est désormais retenue, la cour a aggravé la peine de l’intéressé. Hicham Diop écope d’une peine de 15 ans de prison, contre une peine de 9 ans de prison prononcée en première instance.

La cour a également accordé des dommages et intérêts, à titre provisionnel, de 7.500 euros aux policiers victimes.

Pour les juges, il apparaît donc qu’Hicham Diop étant animé d’une intention homicide et qu’il avait prévu d’aller s’en prendre à des policiers.

Concernant la circonstance aggravante de terrorisme, la cour a considéré qu’il n’était pas établi à suffisance qu’Hicham Diop avait voulu provoquer la terreur dans la population belge en agressant des policiers.

« Avec ses armes, son parcours et ses connaissances, il y a à réfléchir [à cette prévention] », avait pour sa part déclaré le procureur fédéral lors des débats. Celui-ci avait déclaré que son intime conviction était qu’Hicham Diop n’aurait peut-être pas agi de cette façon s’il n’y avait pas eu l’appel de l’Etat Islamique (EI) disant « prenez un couteau et allez tuer des mécréants ».

Diop renversé par une voiture de police en 2011
Hicham Diop, un homme âgé de 43 ans, avait agressé deux policiers à Schaerbeek le 5 octobre 2016, les frappant avec un couteau. L’un d’eux avait été blessé au ventre et l’autre au cou mais ils avaient pu quitter l’hôpital le soir même.

Peu après l’agression, une autre patrouille de police était intervenue. Hicham Diop était parvenu à assommer un des policiers et à lui voler sa matraque. Un autre agent lui avait alors tiré dans la jambe. Malgré cette blessure, cinq agents avaient été nécessaires pour maîtriser l’agresseur.

Selon les avocats d’Hicham Diop, son acte était à mettre en relation avec des faits remontant à 2011, lorsqu’il avait été renversé par un véhicule de la police fédérale, mais aussi avec le décès tragique de sa fille ainsi qu’avec une surconsommation de médicaments.

Leur client était au moment des faits dans un état d’esprit dépressif et n’agissait plus rationnellement selon eux, allant jusqu’à penser qu’il faisait l’objet d’un complot.

Me Sébastien Courtoy et Me Aurélie-Anne De Vos avaient donc soutenu qu’il n’y avait pas d’intention terroriste.

Ils avaient estimé qu’il s’était agi de coups et blessures sans intention de tuer, étant donné notamment que les jours des victimes n’avaient jamais été en danger, et avaient plaidé une peine de 5 ans de prison avec sursis.

7sur7.be

Les commentaires sont fermés.