Modern technology gives us many things.

Boko Haram: La mère de Abubakar Shekau parle pour la première fois

La mère du leader de Boko Haram, Abubakar Shekau, a donné ce qui semble être son premier entretien avec les médias.

Falmata Abubakar s’est entretenue avec Voice of America, VOA, dans le village de Shekau, dans l’État de Yobe au Nigeria.

Dans un rapport publié jeudi, VOA a indiqué que les anciens et le chef du village ont emmené son équipe à la femme.

Publicité

Le rapport a également déclaré que le défunt père de M. Shekau était l’imam de la mosquée du village avant sa mort.

Mme Abubakar a dit qu’elle n’a aucune idée de l’endroit où se trouve son fils ou de sa situation.

« Je ne sais pas s’il est mort ou vivant, seul Dieu sait, je ne l’ai pas vu au cours des 15 dernières années », a-t-elle dit.

Les habitants du village ont déclaré avoir toujours caché l’identité de leur village par crainte d’être associés au dirigeant de Boko Haram.

M. Shekau est connu pour sa direction du groupe meurtrier responsable de la mort de dizaines de milliers de personnes au Nigeria, au Cameroun, au Tchad et au Niger.

Il a personnellement exécuté plusieurs personnes, y compris des membres de la secte qu’il dirige. Il a également mené de nombreux raids qui ont entraîné la mort et la destruction de nombreuses villes et villages du nord-est du Nigeria.

Sa mère a déclaré que M. Shekau avait quitté le village pour Maiduguri, la capitale de l’État de Borno, alors qu’il était un jeune garçon en quête de connaissances islamiques. Elle a dit qu’il était un « garçon almajiri » qui marche dans les rues de Maiduguri à la recherche de nourriture.

Elle a dit que c’était en cherchant la connaissance islamique que son fils est entré en contact avec le fondateur de Boko Haram, le défunt Mohammed Yusuf, ajoutant que c’est ce dernier qui avait endoctriné son fils.

« Je ne l’ai plus vu depuis qu’il est entré en contact avec Mohammed Yusuf », a-t-elle dit.

«Je sais qu’il est mon fils, et tout le monde connaît l’amour d’une mère pour son fils, mais notre attitude envers la vie est différente», a-t-elle déclaré.

Elle a également dit « Il a mis tant de gens en sérieuse difficulté, je prie pour que Dieu le guide. »

Mme Falmata a dit qu’elle ne maudira pas son fils, disant « qu’il a choisi un chemin différent de celui sur lequel nous l’avons mis, seul Dieu sait ce qu’il est devenu maintenant ».

 

 

Afrikmag

Les commentaires sont fermés.