Modern technology gives us many things.

Boko Haram complètement vaincu selon l’Armée

Le Major-Général Rogers Nicholas commandant du théâtre dans l’opération Lafiya Dole, affirme que tous les éléments de la secte islamiste Boko Haram en ont été délogés depuis l’offensive de décembre 2017 grâce à l’opération Deep Punch lancée en 2015.

Le Commandant explique que ses troupes ont pendant l’opération DEEP PUNCH II délogé vendredi et occupé le terrain tactique des insurgés « Camp Zairo ».

Il a révélé que des centaines d’insurgés s’étaient rendus et que plusieurs autres avaient fui les zones alors que plus de 100 civils avaient été secourus.

Mes soldats sont au cœur des zones de Boko Haram notamment le  » Camp Zairo « . Les troupes ont pris le contrôle total de la forêt de Sambisa.

Nous avons anéanti le cœur et l’âme du groupe de Shekau, en prenant le contrôle du camp et de ses environs.

Ils sont en fuite et nous les poursuivrons partout où ils iront. Cette fois-ci, il n’y a pas d’endroit où s’évader.

Nous avions demandé plus tôt à ceux d’entre eux qui voulaient se rendre de le faire et nous leur demandons toujours de sortir et de se rendre, sinon ils subiront les conséquences.

Nicolas a invité les islamistes insurgés à se rendre aux troupes, tout en ajoutant qu’ils ne seraient ni blessés ni tués. Il a également déclaré que la collaboration entre l’armée camerounaise et celle nigériane était essentielle à la réussite de la campagne anti-insurrectionnelle.

« Nous partageons des informations et des renseignements qui nous permettent de définir des stratégies pour combattre les insurgés de Boko Haram dans nos frontières communes », a-t-il déclaré.

De plus, le chef de la délégation militaire camerounaise, le général de brigade Djonkep Fredrick, a déclaré que la collaboration renforcerait les liens militaires pour permettre de gagner la guerre contre l’insurrection.

L’armée construit des routes dans l’ancien quartier général de Boko Haram

Les terroristes ayant battu en retraite face à cette puissance de feu, les autorités voudraient ainsi rendre de nouveau viable la zone en la maillant d’infrastructures susceptibles de favoriser son essor économique et social. “Déjà, le travail a commencé sérieusement sur la route Gwoza-Yamteke-Bitta, ainsi que la reconstruction de la route de Gwoza-Yamteke-Bitta-Tokumbere, menant à la forêt de Sambisa” peut-on lire sur un tweet de l’armée nigériane.

Afrikmag

Les commentaires sont fermés.