Modern technology gives us many things.

La blancheur des stagiaires de la Maison Blanche est éloquente

Nonante et un nouveaux stagiaires ont été accueillis à la Maison-Blanche et prennent la pose avec leur nouveau patron, le président Donald Trump. Un œil avisé remarquera rapidement que ces stagiaires ont pour la plupart la peau blanche. Seulement deux d’entre eux ne l’ont pas.

Nonante et un nouveaux stagiaires ont été accueillis à la Maison-Blanche et prennent la pose avec leur nouveau patron, le président Donald Trump. Un œil avisé remarquera rapidement que ces stagiaires ont pour la plupart la peau blanche. Seulement deux d’entre eux ne l’ont pas.

Cette homogénéité raciale est-elle volontaire? Accidentelle? Reflète-t-elle le mode de sélection des candidats dans l’administration Trump? Cela concorde en tout cas avec les actions menées par la Maison-Blanche, les tweets racistes, antisémites et anti-hispaniques utilisés pendant la campagne, les efforts de l’administration pour éloigner les nouveaux arrivants en Amérique, la critique des pays africains et bien d’autres choses encore. Des conseillers comme Stephen Miller n’ont pas caché leur ambition de renforcer la blancheur américaine face aux changements démographiques qui mettront les Caucasiens en minorité dans cinquante ans.

Les Blancs en minorité
Les stagiaires présents sur la photos font partie de la génération Y américaine. Cette photo répond surtout à un fantasme. Selon une étude récente de la Brookings Institution, cette génération est maintenant minoritaire à 44%. C’est aussi “la génération adulte la plus diversifiée de l’histoire américaine”. Selon le recensement de 2015, les blancs ne représentent que 55,8% de la tranche d’âge des 18-34 ans, suivis des groupes hispaniques, noirs, asiatiques et autres. D’ici 2035, les Blancs devraient être minoritaires et cette tendance va s’accentuer car les Blancs non hispaniques sont plus âgés. Ils ont en moyenne 43 ans, contre 31 ans pour les populations minoritaires.

Il n’est pas étonnant que le Parti républicain, dont l’électorat est majoritairement blanc, ait investi tant d’énergie et de temps dans une propagande visuelle et verbale raciste. Le président de la Chambre Paul Ryan a posté une photo très similaire sur les réseaux sociaux lors de la Convention nationale républicaine de 2016. On retrouve également beaucoup de photos avec des hommes blancs acclamant Trump à la Maison-Blanche, depuis son arrivée.

Le Républicain Steve King propage ouvertement l’idée que le gouvernement doit agir en urgence pour protéger la population blanche d’Amérique. Il s’est, par exemple exprimé sur Twitter en mars 2017: “Nous ne pouvons pas renouveler notre civilisation avec les bébés de quelqu’un d’autre”. Puis il a ajouté qu’il rêvait d’une Amérique “homogène”. Les stagiaires présents sur la photo auront-ils une réelle image de l’Amérique d’aujourd’hui en travaillant dans cet environnement tout sauf diversifié?

Le futur de l’administration américaine
Quel message une telle image monochromatique envoie-t-elle aux jeunes non blancs qui souhaitent s’engager dans une carrière de fonctionnaire? Les tendances autoritaires de Trump ont déjà mis en évidence les enjeux de servir un leader dont le principe objectif est d’avoir des conseillers loyaux.

Pour politiser les institutions gouvernementales, Trump doit aussi organiser des “purges passives”, c’est-à-dire faire en sorte que les fonctionnaires partent d’eux-mêmes. C’est déjà le cas pour des centaines d’entre-deux. Trump s’assure ainsi que ses opposants quittent son administration ou ne font plus de de démarches pour y rentrer. Ils sont nombreux à ne pas se sentir les bienvenus, les Noirs mais aussi les non-chrétiens et ceux de la population LGTB.

7sur7.be

Les commentaires sont fermés.