Modern technology gives us many things.

Biens mal acquis: la cour d’appel de Paris confirme le mandat d’arrêt contre le fils du Président Obiang

teodoro obiang nguemaPARIS, 13 juin 2013 (AFP) – La cour d’appel de Paris a validé jeudi le mandat d’arrêt international contre Teodorin Obiang, fils du président équato-guinéen Teodoro Obiang (photo), et la saisie d’un immeuble et de meubles dans l’enquête sur les biens mal acquis, a-t-on appris de sources concordantes. Deux juges d’instruction français enquêtent depuis décembre 2010 sur les conditions dans lesquelles trois chefs d’Etat africains – Denis Sassou Nguesso du Congo, Teodoro Obiang et le défunt président gabonais Omar Bongo – ont acquis un important patrimoine immobilier et mobilier en France. Les magistrats avaient lancé mi-juillet 2012 un mandat d’arrêt international contre le fils du président équato-guinéen après son refus de répondre à une convocation. Ses avocats avaient estimé que le statut de M. Obiang, nommé fin mai deuxième vice-président, lui octroyait une immunité de juridiction et qu’il ne pouvait donc se présenter aux juges.

La cour d’appel de Paris a estimé que la demande d’annulation du mandat d’arrêt était irrecevable car Teodorin Obiang étant en fuite, la justice française considère qu’il n’a pas la qualité de partie dans ce dossier, a indiqué une source judiciaire. Les juges avaient également saisi en juillet 2012 un hôtel particulier de six étages, situé avenue Foch, dans le très chic XVIe arrondissement de Paris, d’une valeur de 100 à 150 millions d’euros. Dans ce somptueux bâtiment de plusieurs milliers de mètres carrés accueillant notamment une boîte de nuit et un salon de coiffure, les juges avaient déjà saisi, en février 2012, 200 m3 de biens de très grande valeur, au cours d’une perquisition hors normes qui avait duré dix jours et nécessité plusieurs camions.

« La campagne menée depuis des années par la Guinée Equatoriale et donc la famille Obiang pour étouffer la procédure n’est qu’une succession d’échecs », a réagi auprès de l’AFP, Me William Bourdon, président de l’association Sherpa à l’origine des plaintes déposées contre les trois chefs d’Etat africains visés par l’enquête.

Les commentaires sont fermés.