Modern technology gives us many things.

Au Brésil, Dilma Rousseff perd presque tout…

dilma roussef 1Les manifestations se poursuivent au Brésil, où le gouvernement s’est lancé dans une course contre la montre pour sortir de la crise qui ébranle le pays depuis deux semaines. Le Parlement réactive en hâte des projets de loi bloqués depuis des années, le gouvernement multiplie les mesures sociales, et la présidente Dilma Rousseff multiplie les consultations. Depuis le début des manifestations, sa popularité a chuté de 27%, selon un sondage de l’institut Datafolha paru ce samedi 29 juin.

Le peuple doit être entendu. C’est ce qu’a dit le ministre de l’Education, s’exprimant au nom du gouvernement. Et c’est bien l’échange, le dialogue, que la présidente Dilma Rousseff a choisis pour tenter de mettre un terme à la crise qui secoue le pays.

Il était urgent de réagir. Car de fait, 27 points de popularité perdus en trois semaines, c’est presque une chute de moitié. Avant le début des manifestations, 57% des Brésiliens approuvaient l’action de Mme. Rousseff, selon un sondage réalisé par l’institut Datafolha et rendu public ce samedi. A présent, seulement 30% d’entre eux se disent satisfaits de leur présidente.

L’impopularité du gouvernement est perceptible partout dans le pays, et pas seulement dans les épicentres de la mobilisation, Rio de Janeiro et Sao Paulo. Le journal Folha de Sao Paulo, qui a commandé le sondage, décrit cette chute vertigineuse comme la « tombe de Dilma ». Mais pour l’instant, la présidente n’est pas encore morte politiquement. Il est trop tôt pour dire si cette claque se traduira dans les urnes l’année prochaine, lors de l’élection présidentielle à laquelle Dilma Rousseff veut se représenter.

Référendum pour une réforme politique

Pour l’heure, la présidente a donc décidé de soigner au mieux son image. D’où la décision de ne pas participer à la finale de la Coupe des confédérations, ce dimanche à Rio. Dilma Rousseff garde un très mauvais souvenir de l’ouverture de la compétition, il y a deux semaines. Elle avait alors été conspuée par la foule.

Par ailleurs, ces derniers jours, la chef de l’Etat a enchaîné les consultations au pas de charge avec les représentants politiques, syndicaux, parlementaires. Elle doit continuer ce dimanche. Au cœur des discussions : un référendum pour une réforme politique, que la présidente souhaite voir appliquer avant le scrutin de 2014. Le projet sera soumis au Sénat mardi prochain.

Soutien de Lula

Dilma Rousseff a également rencontré des jeunes manifestants, ce vendredi 28 juin à Brasilia. Elle leur a promis qu’ils pourraient bientôt communiquer directement en ligne avec le gouvernement. La présidente entend apaiser la colère des Brésiliens, qui manifestent depuis trois semaines pour un Etat plus efficace et moins corrompu.

La présidente a reçu vendredi un soutien de taille à son projet de référendum : celui de son mentor Luiz Inacio Lula da Silva. L’ex-président, toujours très populaire parmi les Brésiliens, était resté étonnamment silencieux, malgré la gravité de la situation. Son soutien tombe à pic pour Dilma Rousseff, à la veille d’une grande manifestation prévue ce dimanche 30 juin à Rio, en marge de la finale.

Les commentaires sont fermés.