Modern technology gives us many things.

Attribution du prix Houphouët Boigny : Pourquoi le Président togolais a-t-il été ignoré ?

togo président 1Décidément, l’horizon de l’occident et principalement de la France est fermé au Président de la République togolaise, Faure Essozimna Gnassingbé. La preuve en est encore donnée mercredi lors de la grandiose cérémonie de remise du prix Houphouet Boigny au Président Français François Hollande au siège de l’UNESCO. L’ensemble des Chefs d’Etats africains intervenant au Mali étaient présents sauf Faure Gnassingbé du Togo. Boni Yayi du Bénin, Blaise Compaoré du Burkina Faso, Alassane Ouattara de la Côte d’Ivoire, Idriss Déby du Tchad, Ali Bongo du Gabon, Djokounda Traoré du Mali, ainsi que l’ancien Président ivoirien Henri Konan Bédié et l’actuel Premier Ministre du Niger Brigi Rafini étaient tous présents, amplement invités à cette cérémonie. Seul le Togo n’était pas de la fête, laissé sur le carreau par la France et l’UNESCO. Et pourtant, Faure Gnassingbé a été le premier Président à dépêcher au Mali, un contingent raisonnable de 500 vaillants militaires togolais. Ce nombre a d’ailleurs accru par la suite et le Togo compte aujourd’hui près de 800 bras valides qui combattent aux côtés des forces françaises et maliennes pour ramener la paix dans ce pays sahélien. Et pourtant, le Togo est le seul pays en Afrique de l’ouest qui siège actuellement au conseil de sécurité des Nations Unies, vitrine du monde où les sujets brûlants de l’heure, notamment les crises, les foyers de tension, le terrorisme… sont discutés. Et pourtant, Faure Gnassingbé est le président en exercice de la conférence des chefs d’Etats de l’Union Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) depuis près de deux ans déjà.

Qu’a fait Faure Gnassingbé de si grave pour qu’il soit autant snobé par les grandes puissances occidentales malgré ses multiples efforts qu’il déploie pour se faire valoir au plan international ? Les raisons de cette discrimination dont le jeune Président du Togo sont multiples et diverses et, en principe, il est le premier à les connaître. Mais de bon sens, l’on peut énumérer quelques faits frappants qui ont cours au Togo et qui constituent de véritables scandales qui heurtent de front le bon sens et les valeurs humaines. Comment peut-on comprendre qu’en ce 21ème siècle, il puisse exister encore la torture dans un pays qui se dit démocratique ? Qui plus est, que ces cas flagrants de torture laissent indifférents les dirigeants de ce pays !!!
Comment peut-on s’expliquer que dans un supposé Etat de droit, la justice qui constitue le principal baromètre de mesure de l’évolution démocratique d’un pays, puisse être aussi instrumentalisée au point où les décisions de la cours suprême ne soient pas exécutées par l’instance dirigeante ? Comment peut-on se justifier devant le plan malsain et malhonnête de musèlement de l’opposition démocratique dans un pays encore fragile qui aspire à assoir les socles de la démocratie et de l’Etat de droit ? Comment comprendre qu’un pouvoir qui dure près de 50 ans puisse encore être autant cupide et glouton au point de vouloir tout verrouiller pour s’accaparer non seulement des richesses de l’Etat, mais surtout aussi de toutes les institutions de la République y compris les députés à l’Assemblée nationale ?

La manière éhontée et immorale avec laquelle le pouvoir de Lomé cherche à dribbler la classe politique togolaise en organisant avec des méthodes atypiques les élections législatives au Togo en dit long. Tous ces ratés associés à l’amateurisme, à l’incompétence, à l’incohérence, à l’inconstance, aux dribbles répétitifs du pouvoir de Faure Gnassingbé ont largement contribué, à écorner l’image du Président de la République au plan international.

Quel est ce chef d’Etat qui se fourre dans des histoires aussi fantaisistes que celle de l’escroquerie internationale qui a défrayé la chronique dans notre pays des mois durant ? Quel est ce pouvoir qui passe le clair de son temps à duper, à faire de fausses promesses, à jouer au dilatoire, au faux-fuyant et à la légèreté la plus absolue alors que des problèmes urgents subsistent et s’accroissent au jour le jour dans le pays ?
Le fait que le pouvoir de Faure Gnassingbé ait relégué au dernier plan la vie du travailleur togolais, le bien-être des togolais est un crime grave qui lui sera difficilement pardonné. L’indifférence et le cynisme qu’il affiche vis-à-vis des citoyens togolais, détenteur du pouvoir dont il jouit, jouent sérieusement contre lui. Si jusqu’à présent, les togolais n’ont pas suffisamment eu les moyens pour punir ce pouvoir, la Communauté Internationale, elle, voit tout et l’écarte de plus en plus. Il appartient à Faure Gnassingbé de s’en apercevoir et de rectifier le tir s’il en a encore les moyens, pour se ramener et ramener le Togo dans le concert des nations dignes et respectables.

 

Les commentaires sont fermés.