Modern technology gives us many things.

Attentat dans le quartier diplomatique de Kaboul : le bilan s’élève à 150 morts

Six jours après l’attaque au camion piégé dans le quartier diplomatique de la capitale afghane, le nombre de victimes continue de s’alourdir, avec 150 morts. Il s’agit de l’attaque la plus sanglante en 15 ans à Kaboul.

“Plus de 150 fils et filles d’Afghanistan, innocents, ont été tués et plus de 300 blessés ont été hospitalisés avec des brûlures ou des membres amputés” suite à l’attaque du camion piégé mercredi 31 mai, a déclaré, mardi 6 juin, le président afghan, Ashraf Ghani, à l’occasion d’une conférence multinationale pour la paix.

Parmi les victimes figurent pas moins de 31 employés et partenaires du principal opérateur de téléphonie afghan, le groupe Roshan. Les bureaux ont également été très endommagés, ce qui a entraîné des coupures dans son réseau.

La cible de l’attaque au camion piégé, qui n’a pas été revendiquée, reste floue. Elle a en tous cas ravivé les profonds dissentiments politiques et ethniques qui fragilisent le gouvernement.

Six jours après l’attaque, Kaboul restait sous haute tension et en grande partie bouclée à l’occasion du sommet baptisé “Processus de Kaboul”, qui rassemble des représentants d’une vingtaine de pays.

Attaque non revendiquée

Depuis l’attentat, des protestataires, dont plusieurs ont été tués lors de heurts avec la police le 2 juin, tiennent un sit-in près des lieux de l’explosion, réclamant notamment la démission du conseiller à la sécurité nationale Hanif Atmar.

Le ministre des affaires étrangères Salahuddin Rabbani, qui dirige le parti majoritairement tadjik Jamiat, a réclamé à son tour cette démission. Mais le président Ghani s’y est fermement opposé.

Le gouvernement accuse le réseau Haqqani, allié des Taliban, de l’attentat du 31 mai.

France24 avec Afp

Les commentaires sont fermés.