Modern technology gives us many things.

Attentat de New-york: Donald Trump réclame la peine de mort

Sayfullo Saipov est cité comme étant l’auteur de l’attaque terroriste de New-york qui a fait huit morts et douze blessés mardi dernier. L’homme a expliqué que ce sont les vidéos diffusées par l’État islamique qui l’ont inspiré. Il s’est d’ailleurs dit «satisfait» de ses actes. Inculpé pour terrorisme, le Président Donald Trump a indiqué que le coupable devait être condamné à mort. C’est sur son compte Twitter qu’il a fait cette déclaration.

 Trump avait  d’abord posté un tweet dans lequel il affirmait que « le terroriste de New York était satisfait et a demandé à accrocher un drapeau de l’État islamique dans sa chambre d’hôpital. Il a tué huit personnes et a gravement blessé douze personnes. Il devrait être condamné à mort ».

Les médias américains ont fait circuler l’identité du suspect le même mardi. Une identité qui avait été confirmée ensuite par la police: Sayfullo Saipov, un Ouzbek de 29 ans arrivé aux États-Unis en 2010, résident du New Jersey et travaillant comme chauffeur pour l’entreprise Uber.

Selon nos confrères de CNN, mercredi dernier, le gouverneur de l’État de New York, Andrew Cuomo, a indiqué que Sayfullo Saipov s’était radicalisé aux États-Unis et s’était lié à l’État islamique. Joon H. Kim, le représentant du ministère public dans le district Sud de l’État, dans une conférence de presse a corroboré ces déclarations, indiquant que le suspect avait «admis qu’il s’était inspiré des vidéos de l’État islamique».

Désormais l’Ouzbek est formellement visé par deux chefs d’accusation: « provision de soutien matériel à une organisation terroriste étrangère» ainsi que « violence et destruction de véhicules».

Sayfullo Saipov a reconnu qu’il préparait son attaque depuis près d’un an, et qu’il avait décidé il y a deux mois de se servir d’un camion pour « tuer autant de personnes qu’il le pouvait».

Son plan initial était de renverser des piétons sur la West Side Highway, puis de continuer jusqu’au pont de Brooklyn.

Afrikmag

Les commentaires sont fermés.