Modern technology gives us many things.

Ali Bongo et Dilma Roussef discutent coopération

bongo dilmaEn marge du sommet extraordinaire ouvert le 25 mai à Addis-Abeba, en Ethiopie, le président Ali Bongo s’est entretenu avec son homologue brésilien, Dilma Roussef. Le renforcement de la coopération entre les deux pays était au centre de cet échange.
En effet, la présidente brésilienne, dont le pays a annoncé l’annulation de la dette africaine, a manifesté l’intérêt de son pays d’être actif dans plusieurs secteurs au Gabon comme les mines, l’éducation, la formation, l’environnement, la conservation, l’exploration pétrolière en offshore et la coopération militaire.

«Les autorités du Brésil ont identifié le Gabon comme un pays stratégique et stable dans la sous-région, qui bénéficie en plus aujourd’hui, d’une image positive liée aux réformes courageuses engagées et à ses performances économiques jugées bonnes», a indiqué Dilma Roussef, à l’issue cet échange, relayé par l’AGP. Ali Bongo a promis envoyer une mission d’exploration très prochainement au Brésil en vue de préparer le cadre juridique nécessaire à l’intensification souhaitée des échanges entre les deux pays.

Cet intérêt pour le Gabon intègre une vision beaucoup plus large de l’offensive brésilienne en Afrique, qui s’est renforcée ces dix dernières années à travers plus de 160 accords avec les pays du continent dans des domaines allant du commerce à l’énergie en passant par l’agriculture, la coopération au développement, universitaire et militaire.

L’offensive de Brasilia en Afrique est également accompagnée d’une stratégie de promotion du Brésil et, en particulier, de son modèle de développement présenté comme une réussite et comme pouvant constituer une source d’inspiration. Ce dessein doit permettre au pays d’accroître de manière consensuelle son expansion et son influence en Afrique. (Gabon Review 29/05/2013)

Les commentaires sont fermés.