Modern technology gives us many things.

Algérie/L’absence prolongée du Président inquiète…

algérie bouteflikha 1ALGER, 12 juin 2013 – L’absence d’images du président algérien Abdelaziz Bouteflika, hospitalisé à Paris depuis le 27 avril, recevant mardi son Premier ministre et le chef d’état-major faisait mercredi la Une de plusieurs journaux.

« Toujours pas d’images de Bouteflika », titre le quotidien francophone El Watan en rappelant qu’en 2005, des images du président avaient été diffusées par la télévision algérienne lors de son hospitalisation en France durant un mois pour un ulcère hémorragique.

« Le mystère demeure entier, les craintes aussi, surtout qu’il n’y a pas de diffusion d’images du président Bouteflika », écrit le Soir d’Algérie, autre quotidien francophone.

« Une visite sans images accentue le flou », titre en Une le quotidien arabophone El Khabar.

M. Bouteflika, 76 ans, « a très bien réagi et son état de santé semble correct », a affirmé mardi le Premier ministre Abdelmalek Sellal qui l’a visité avec le chef d’état-major, le général de corps d’armée Ahmed Gaïd Salah.

La télévision d’Etat a annoncé la rencontre sans diffuser la moindre image. Le président n’a plus été vu depuis l’enterrement de l’ex-chef d’Etat Ali Kafi le 17 avril.

M. Sellal avait souligné mardi que le chef d’Etat, au pouvoir depuis 1999, était « toujours en convalescence », en précisant que l’entretien avait duré « près de deux heures ».

Le Premier ministre a ajouté qu’il reviendrait sur les détails de cette rencontre, « dès demain » mercredi.

La visite de M. Sellal et du chef d’état-major est intervenue quelques heures après la diffusion d’un bulletin de santé émanant des « médecins accompagnateurs » de M. Bouteflika à Paris.

Ces derniers ont indiqué qu’il observait une « période de réadaptation fonctionnelle » à l’institution des Invalides en vue « de consolider l’évolution favorable de sa santé ».

Le président avait été hospitalisé pour un AVC mineur et avait été transféré à Paris pour un complément d’analyses, avait-on annoncé officiellement à Alger.

Ces annonces et déclarations visent à couper court à des rumeurs persistantes et alarmistes qui circulent à Alger et Paris sur l’état de santé du chef de l’Etat.

Les appels se multiplient dans les journaux pour l’application de l’article 88 de la Constitution qui prévoit l’empêchement du président en cas de maladie grave et durable. (AFP 12/06/2013)

Les commentaires sont fermés.