Modern technology gives us many things.

Abbas demande aux Européens de reconnaître « rapidement » l’Etat de Palestine

Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, en visite à Bruxelles, a appelé lundi les pays européens à « reconnaître rapidement l’Etat de Palestine ».

Invité à un déjeuner de travail avec la cheffe de la diplomatie de l’UE Federica Mogherini ainsi que les 28 ministres des Affaires étrangères, M. Abbas a affirmé qu’il n’existait pas de « contradiction entre une telle reconnaissance et la reprise de négociations » avec Israël.

Paix
« Cela encouragerait le peuple de Palestine à continuer à espérer la paix, cela ouvrirait la voie à la paix », a jugé le président palestinien, venu chercher du soutien à Bruxelles après la reconnaissance récente par Donald Trump de Jérusalem comme capitale de l’Etat hébreu.

Une reconnaissance de l’Etat palestinien n’est toutefois pas encore sur la table des leaders européens, dont les points de vue sur l’approche à adopter sur le Moyen-Orient sont encore trop éloignés.

« Une solution à deux États »
Mme Mogherini n’a d’ailleurs pas évoqué cette question lors de son intervention en prélude à la rencontre avec M. Abbas.

La cheffe de la diplomatie européenne a uniquement rappelé la position de l’UE sur le conflit israélo-palestinien. « Nous continuons à promouvoir une solution à deux États avec Jérusalem comme capitale de chacun d’entre eux », a-t-elle souligné.

« Pas le moment de se désengager »
« Ce n’est pas le moment de se désengager » du processus de paix, a-t-elle ajouté, alors que la direction palestinienne refuse désormais de considérer les Etats-Unis comme un médiateur « légitime » dans ces pourparlers.

Afin d’envoyer un signal positif à l’Autorité palestinienne et favoriser la reprise des discussions avec Israël, certains diplomates ont toutefois évoqué la possibilité de proposer au leader palestinien la perspective d’un « accord d’association » avec l’UE.

Tournée sous tension
La visite de Mahmoud Abbas à Bruxelles coïncide avec une tournée sous tension du vice-président américain Mike Pence au Proche-Orient (Egypte, Jordanie et Israël), boycottée par les dirigeants palestiniens.

Au moment où le président palestinien s’exprimait dans la capitale belge, M. Pence annonçait devant le parlement israélien que l’ambassade américaine en Israël ouvrirait à Jérusalem avant fin 2019.

7sur7.be

Les commentaires sont fermés.