Modern technology gives us many things.

5000 Français juifs ont émigré en Israël en 2016

Malgré une petite baisse par rapport à 2014 et 2015, 5000 Français ont quitté l’Hexagone en 2016 pour rejoindre Israël. Alors que l’Etat hébreu ne cesse de les appeler à s’installer depuis plusieurs années, la France, elle leur rappelle qu’ils sont ici chez eux.

 

Environ 5000 Français ont émigré en Israël en 2016, selon un communiqué de l’Agence juive, un organisme paragouvernemental israëlien. Ce chiffre, en légère baisse par rapport à 2014 et 2015, n’en reste pas moins l’un des plus importants depuis 1948, année de la création de l’Etat hébreu.

Cet émigration des Français vers ce pays porte un nom, l’aliyah. Et il a connu une forte hausse suite aux attentats perpétrés par Mohamed Merah en 2012 à Toulouse et Montauban. En visite en France la même année, Benjamin Netanyahu avait alors clairement invité les juifs Français à venir dans son pays. “En ma qualité de Premier ministre d’Israël, je le dis toujours aux juifs où qu’ils soient : venez en Israël et faites d’Israël votre chez vous”. Ce à quoi François Hollande lui avait répondu que “la place des juifs de France, s’ils en décident, c’est d’être en France, de travailler en France, de vivre en France, à condition qu’ils soient pleinement en sécurité”.

Depuis, les appels à l’émigration en provenance des autorités israëliennes n’ont pas cessé. En février 2015, peu de temps après les attentats contre Charlie Hebdo et l’Hyper Cacher et la fusillade contre une synagogue à Copenhague au Danemark, Benjamin Netanyahu avait à nouveau envoyé un message aux juifs du monde entier pour rejoindre Israël, qui les accueillerait “les bras ouverts”. Il y a encore peu, en décembre 2016, l’ultranationaliste ministre israëlien de la Défense Avigdor Lieberman avait déclaré qu’il était “peut être temps de dire aux Français juifs (que la France) n’était pas (leur) pays”, et avait accusé la conférence de Paris prévue le 15 janvier, censée discuter du conflit israélo-palestinien, d’être une nouvelle “affaire Dreyfus”.

C’est, pour la France, un déchirement de voir partir ses enfantsManuel Valls, mai 2016

La position française sur la place des juifs de France est pourtant claire. En visite sur le territoire hébreu en mai 2016, Manuel Valls avait affirmé qu’il s’agissait d’un “déchirement” pour la France de “voir partir ses enfants”.  “Pendant trop longtemps, la France n’a pas su prendre la pleine mesure de l’angoisse dans laquelle vivaient les Français juifs. Pendant trop longtemps, nous avons été quelques uns à prêcher”, expliquait-il.

Reste que l’Hexagone est devenu en 2014 le premier pays d’origine des “olim”, c’est à dire de ceux qui partent, avec 7231 départs. Et l’est resté en 2015 avec 7900 installations. Depuis 2006, année de l’assassinat d’Ilan Halimi par le gang des barbares, près 40.000 Français ont fait l’aliyah, relève l’agence juive.

10% finissent par revenir

“L’insécurité a principalement pour effet de servir de catalyseur accélérant des processus réfléchis”, explique à l’AFP, Daniel Benhaim, le directeur général de l’Agence juive en France. “Paradoxalement, la généralisation des attaques terroristes à l’ensemble de la population a redonné confiance aux juifs de France, qui ne sont pas la seule cible, d’autant que les efforts des autorités pour les protéger ont été indéniables”, poursuit-il. L’antisémitisme n’est d’ailleurs pas la seule explication de l’aliyah,  qui se fait également pour des raisons religieuses, identitaires, économiques et sociales.

A l’inverse, l’agence estime inférieur à 10% le phénomène inverse de la “yerida”, qui est le retour au pays d’origine, tandis que d’autres sources considèrent qu’elle concerne 25 à 35% des “olim”. La communauté juive de France, la première d’Europe, est évaluée à un demi-million de personnes.

Les commentaires sont fermés.