Modern technology gives us many things.

La France en demande trop à l’islam

Depuis la publication du manifeste contre « le nouvel antisémitisme« , une certaine France semble durcir le ton à l’égard de l’islam qu’elle accuse à demi-mot d’inaction face à la montée du radicalisme religieux. Au risque de froisser les plus modérés, lassés de voir leur foi sans cesse pointée du doigt pour des crimes frauduleusement commis en son nom.

« Épuration ethnique à bas bruit« . Les mots choisis sont forts. L’extrait de ce livre paru ce dimanche dans Le Parisien et cosigné par plus de 250 personnalités marque un tournant, par sa publicité et l’importance de ses auteurs, dans la position française à l’égard de l’islam.

Le culte et le Coran pointés du doigt
Il n’y est en effet plus question d’épagner les autorités religieuses compétentes, ni même le Coran, de leur responsabilité partielle dans les crimes ciblés qui endeuillent le pays depuis quelques années: Ilan Halimi, la tuerie de Toulouse, l’Hyper Cacher, Sarah Halimi, Mireille Knoll, autant d’assassinats motivés par un antisémitisme assumé par des islamistes radicaux autoproclamés.

Sourates « obsolètes » à bannir
Auteur de cet ouvrage, Philippe Val, ex-rédacteur en chef de Charlie Hebdo, plaide d’ailleurs pour une réinterprétation de certaines sourates du Coran: « Que les versets du Coran appelant au meurtre et au châtiment des juifs, des chrétiens et des incroyants soient frappés d’obsolescence par les autorités théologiques, comme le furent les incohérences de la Bible et l’antisémite catholique aboli par Vatican II, afin qu’aucun croyant ne puisse s’appuyer sur un texte sacré pour commettre un crime », demande-t-il.

Personnalités en présence
Parmi les cosignataires de cette tribune, on retrouve Nicolas Sarkozy, Charles Aznavour, Gérard Depardieu, Michel Drucker, Enrico Macias, Yann Moix, Jean-Pierre Raffarin, Manuel Valls, Joan Sfar, Eric-Emmanuel Schmitt, Carla Bruni, Françoise Hardy, Bernard Cazeneuve et de nombreuses personnalités politiques, intellectuelles ou artistiques.

« Procès injuste et délirant »
Les principales autorités compétentes du culte en France ont vivement réagi à ce « procès injuste et délirant » incombé à la communauté musulmane. Le recteur de la Grande mosquée de Paris, Dalil Boubakeur, a dénoncé la démarche. Abdallah Zekri, président de l’Observatoire national contre l’islamophobie, a quant à lui condamné un débat « nauséabond et funeste » et appelé les cosignataires « sur le déclin » et « en mal de reconnaissance médiatique » à « cesser d’accabler l’islam ».

« Adapter l’islam à la modernité »
Invité sur le plateau d’Europe 1 ce mardi matin, Philippe Val persiste et signe: « Il faut adapter les textes pour adapter l’islam à la modernité, pour qu’on puisse vivre sous le parapluie commun de la démocratie républicaine ». Il évoque notamment le concile de Vatican II qui a permis à l’Église catholique de s’inscrire dans la modernité de son époque.

« Les terroristes ont tous été musulmans »
Il va d’ailleurs un peu plus loin: « On ne parle pas des musulmans en règle générale, mais seulement de l’islam radical », avertit l’ex-directeur de la revue satirique. « Tous les musulmans ne sont pas des terroristes. En revanche, les terroristes ont tous été musulmans. Il y a un problème de radicalisation au sein de l’islam et il faut en parler une bonne fois pour toute! », assène-t-il sans détour.

« Les théoriciens de la géopolitique du chaos »
Dans Le Monde de ce mercredi 25 avril, trente imams « indignés » ont publiquement dénoncé l’antisémitisme et le terrorisme présents en France mais s’estiment également dépassés par le phénomène de la radicalisation et les « théoriciens de la géopolitique du chaos » dont la « jeunesse ignorante, perturbée et désoeuvrée » est victime. « Le martyr est celui qui subit injustement ou subitement la mort, et non celui qui la recherche et la provoque », précise la tribune pour redéfinir le sens « dévoyé » d’un mot trop souvent utilisé dans la rhétorique terroriste.

« Ne pas incriminer toute une religion »
Ils appellent en revanche les politiques à faire « preuve de plus de discernement » et à ne pas « incriminer toute une religion ». Dire que « c’est le Coran lui-même qui appelle au meurtre est d’une violence inouïe », tempère le collectif. « Elle laisserait entendre que le musulman ne peut être pacifique que s’il s’éloigne de sa religion ». Les imams souhaitent participer au combat mais relativise leur importance: « Cette radicalisation doit être combattue intelligemment par tous les concernés, des politiques aux imams en passant par la famille, l’école, le sécuritaire… Que chacun assume sa part de responsabilité. »

« Islam dévoyé »
Mario Stasi, président de la Licra, Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme, a salué sur le plateau d’Europe 1 cette « prise de conscience » de la communauté musulmane. « J’ai toujours considéré que le terrorisme et l’antisémitisme avaient à voir avec un islam dévoyé. Et qui dit islam dévoyé, dit prise de conscience de l’islam modéré largement répandu dans notre République. Il doit en effet dénoncer les atrocités et l’antisémitisme », a-t-il ajouté.

Dans ce débat de société délicat, il ne reste plus qu’à rassembler ces approches contrastées dans le respect des sensibilités des deux camps…

7sur7.be

Les commentaires sont fermés.