Modern technology gives us many things.

Voici la vraie demande sociale à Macky : un village du Sénégal au bord de l’hécatombe

village bounkilingBounkiling : la population du Kandion Mangana réclame un dispensaire et des routes etc…Kandion Mangana, localité située à 70km de Sédhiou dans le département de Bounkiling, se découvre au bout d’un sentier parsemé d’embuches. La route qui mène dans ce patelin situé vers la frontière gambienne  est très étroite ; un tronçon praticable qu’en saison sèche. La population, éparpillée entre les 17 villages, manque de structures sanitaires. Ses habitants sont obligés de se rabattre sur la Gambie distant d’un kilomètre.

Pas de réseau téléphonique. Pour rallier la communauté rurale de Kandion Mangana, les usagers font deux tours d’horloge à pieds ou attendre les véhicules Gambiens qui font la navette hebdomadaire  tous les dimanches ou mercredi. Les motos taxi (Safari) aussi font le trajet mais avec un tarif qui n’est pas à  la portée de tous  soit dix mille francs (10.000F) aller-retour, jusqu’à Bounkiling.

La proximité avec la république sœur  de la Gambie pousse la plus part de ses habitants à migrer sans cesse vers le pays de Yaya Jammeh.

Fatou Korta, une dame âgée de 45 ans, originaire du village de  Kamboussé, raconte avec amertume les dures conditions de vie de ses paires  « je souffrais  de tumeur au sein, j’ai été hospitalisé en Gambie. Là-bas, j’ai payé le tarif double  car je ne dispose pas de pièce gambienne » fulmine-t-elle. Il n’y a pas de forage dans toute la collectivité, ce qui, selon les dires de Mme Korta, expose les femmes à toutes sortes de corvées, les puits ne sont pas aussi profond que ça mais s’affaissent régulièrement. Pour creuser un puits,  il faut débourser entre cent mille et cent-cinquante mille francs CFA.

A en croire le puisatier Ibrahima Coulibaly, la nappe phréatique est à 15m de profondeur. L’agriculture et l’élevage sont les activités dominantes à croire le président du conseil rural, Pathé Diao. Malheureusement les paysans éprouvent des difficultés pour l’évacuation de leurs productions.  Les habitants du Mangana, à l’instar de  Lamine Badji, se désolent  de leurs enclavement « La Gambie a plus de considération pour nous que le Sénégal, vous voyez que les réseaux téléphoniques ne marchent pas » nous apprend-il ; chose que nous avons vérifié avec notre cellulaire où il est affiché à l’écran « aucune couverture réseau ». Les villages du Mangana installés tout au long de la frontière s’indignent de cette situation.

Ibrahima Sonko, instituteur du village de Kandion déclare « la plus part de nos élèves préfèrent poursuivre leurs études en Gambie ». A en croire cet enseignant, les écoles gambiennes offrent plus de confort aux enfants et de sécurité aux parents avec des écoles clôturées, terrain de foot de basket Ball etc…Kandion le chef-lieu de la communauté rurale est électrifié avec le projet de l’agence d’électrification rurale.

Aliou Sow responsable politique de l’alliance pour la république (APR) avance que depuis l’élection du président Macky Sall à la tête du Sénégal, ils ont beaucoup espérer mais il annonce  qu’aujourd’hui les populations du Mangana ont raison de réclamer leurs part : « nous sommes et restent des Sénégalais » dit-il. La communauté rurale de Kandion Mangana, comme la plus part des collectivités rurales de Sédhiou, souffre de manque d’eau, de pistes de production et d’accès aux infrastructures sanitaires. 

 Ousmane Demba/Sédhiou.xibaaru.com

Les commentaires sont fermés.