Modern technology gives us many things.

Union Africaine : le discours musclé du Président du Ghana

ghana mahamaLe 20e sommet des Chefs de l’Etat de l’Union Africaine (UA) couplé avec le 50e anniversaire de cette structure a officiellement pris fin hier en présence des Chefs du continent et de quelques délégations étrangères.

A cette occasion, le Président ghanéen, John Mahama, a appelé ses homologues africains à arrêter de faire des déclarations du bout des lèvres pour donner la chance au continent de réaliser son unité.

Pour Mahama les prises de décisions au niveau de l’UA doivent aller au-delà des délibérations des Chefs d’Etat et que les peuples africains des villes et des villages puissent s’exprimer de manière démocratique sur la vision panafricaine.

Mahama a lancé cet appel pour le renouveau samedi dernier  à Addis-Abeba lors de son discours à la conférence des Chefs d’Etat. Pour ce spécial sommet qui est consacré au cinquantenaire de l’UA, le thème retenu est «Panafricanisme et Renaissance africaine».

En allant dans le vif de son sujet, Mahama après avoir sondé la structure des Etats qui composent l’Afrique a estimé que dans l’état actuel des choses, l’existence des frontières sur le continent font que les africains sont étrangers et des étrangers dans leur propre pays.

Par rapport au thème retenu pour ce sommet et directement à l’adresse de ses homologues Présidents africains, le ghanéen leur a fait remarquer que « nous ne pouvons pas parler d’une véritable renaissance de l’Afrique quand nous continuons par poursuivre de différentes politiques sociales, économiques et politiques parfois contradictoires ». Ces déviations dira-t-il « servent plutôt les intérêts de l’ancienne puissance coloniale et les puissances mondiales ».

Pour une approche de solution, le numéro un ghanéen a proposé que les africains admettent que la vision panafricaine peut être réalisée lorsque les pays de l’union réduiront leurs souverainetés nationales individuelles en une souveraineté collective sur le continent.

Et pour réaliser le rêve d’une union réelle en Afrique, le Président ghanéen a suggéré que les discussions sur la mise en place de l’union aillent au-delà «des débats entre chefs d’Etat du continent ». Pour lui, cette démarche à la manière d’un processus démocratique revient à dire qu’il faut donner aux gens l’occasion de partager dans un partenariat la réalisation du rêve collectif qu’est l’union sur le continent. Pour y arriver, Mahama a insisté dans son discours que la vision panafricaine doit être adoptée par les populations africaines des villes, des villages et des hameaux.

Outre les Chefs d’Etats en exercice présents à ce sommet, signalons la présence des ex Présidents ghanéens Jerry Rawlings et John Kufuor mais aussi du nigérian Olusegun Obasanjo, du sud-africain Thabo Mbeki et du mozambicain Joachim Chissano.

Rappelons que ce 20e sommet s’est ouvert le 22 mai dernier par les travaux préparatoires du Conseil exécutif des ministres des Affaires étrangères du continent. Les Chefs d’État ont pris la relève pour les 26 et 27 mai.

La présidente de la Commission de l’UA, Nkosazana Dlamini-Zuma, s’est montrée résolument optimiste quant au développement économique du continent. Elle a déclaré que « Je suis tout à fait certaine que, d’ici à 2063, il y aura une libre circulation des personnes sur le continent. La libre circulation des personnes, en plus de celle des biens et des capitaux, est cruciale. Nous devons avoir la possibilité de rallier Le Cap au Caire par la route et Dakar à Djibouti par le rail. Le fait d’être sans frontières n’a aucune valeur si l’on est incapable de circuler d’un pays à un autre ».

En jetant un regard dans le rétroviseur de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA) crée en 1963 et devenue l’Union Africaine en 2002, un bref récapitulatif fait ressortir qu’au moment où l’UA célèbre son cinquantenaire, de 1952 à 2013, elle a enregistré 52 coups d’Etat.

Les commentaires sont fermés.