Modern technology gives us many things.

Une semaine au Sénégal : Entre indiscipline et pénurie d’eau, Wade et Macky au sommet

Moustapha

car ndiaga ndiayeTrop tard, il freina son Ndiaga Ndiaye délabré et heurta le gamin qu’il projeta sur le macadam. Avec ce rétroviseur gauche brisé, le chauffeur ne pouvait qu’être borgne. De son bus ou de lui on ne peut dire qui est en meilleure posture tant l’homme au regard vide et aux gestes convulsifs qui venait de s’extirper de sa machine infernale semblait sortir d’outre-tombe. Des journées de travail sans foi ni loi pour assurer une pitance quotidienne à sa famille ont fini de faire de cet homme autrefois digne, supposons-le, une bombe assassine qu’il vaut mieux éviter de croiser.

Ce n’était décidément pas le jour pour le petit Moustapha car celui qui venait de le mettre à terre avait pourtant clignoté à droite. Pourquoi avoir donc tourné à gauche ? Le voilà presque broyé, la mâchoire cassée et ses dents sur le point de l’étouffer. Les yeux au ciel, déjà dans le coma, il ne vit pas l’attroupement qui s’était déjà créé autour de sa personne, lui ôtant cette brise dont il avait tant besoin. De cette foule confuse, surgit un homme qui lui sauva probablement la vie. En le couchant sur le côté et en lui assurant quelques gestes de premier secours, le gamin put être pris en charge par l’ambulance qui ne mit pas, pour une fois, un bail pour arriver sur les lieux.

L’oxygène lui fut branché de suite et en route pour le tour des hôpitaux de Dakar. La nuit ne faisait que commencer. Aucun de ces lieux de salut ne l’accepta car le gosse était dans le coma et si c’e n’était pas la radiographie qui était en panne, c’est le scanner qui n’existait pas… il en fut ainsi des heures durant.  Une semaine auparavant, la pauvre dame qui était couchée dans cette même ambulance à la recherche d’un hypothétique lit doté de respirateur artificiel, n’eut pas autant de chance. Un appel inconnu avait donné l’ordre à l’ambulancier de la débrancher, l’ambulance devant s’occuper d’autres cas urgents. Elle fut emportée par une hémorragie post-accouchement. Pour le jeune Moustapha, malgré les Tchipatou de quelques infirmières réveillées en pleine nuit par une famille rendue agressive par l’anxiété, il survécut quand même. Ceci est une histoire vécue.

Des accidents mortels sont rapportés tous les jours du fait de 4×4 rutilantes ou d’épaves volantes, le résultat étant le même, la mort souvent au bout ! Des situations kafkaïennes sont légion dans notre pays et presque dans tous les domaines… Certes l’Etat a ses responsabilités dans la gestion de la cité mais la part du citoyen est toute aussi importante. Le manque de discipline tue ! Lorsqu’un individu  chaparde une bouche d’égout pour aller la vendre à des ferrailleurs pour la fondre, il est responsable lorsqu’un enfant se noie après une inondation. La liste est longue. Le remède ? De l’éducation, du civisme, de la discipline… en intraveineuse et à des doses de cheval.

Wade

wade bonne mine 1L’absent le plus présent. Si la politique est un art, Wade en est l’incarnation. Le jeune comme on l’appelle affectueusement, a réussi le tour de force de transformer en quelques mois ses millions de détracteurs en hommes et femmes éplorés qui le pleurent déjà de son vivant ! Déboulonné sans gant par des hordes de nouveaux types de sénégalais qui ont mis à sa place un de ses fils, Wade en bon disciple de la dialectique hégélienne de l’histoire, s’est mis sur le bas-côté et depuis Versailles, scrute, analyse et attend. Et en quantités millimétrées, agit. Son fils biologique en prison, ses proches interrogés et inquiétés, son émissaire arrêté à l’aéroport de Dakar, rien n’y fait. Le Pape du Sopi ne sort toujours pas de ses gonds, du moins pas en public. Cependant, il pose une série d’actes mais tant que l’ensemble des cartes ne seront pas sur la table, nul ne pourra lire le puzzle. Certainement son fils au palais saura décoder mieux que nous autres simples quidams, les messages en filigrane à lui adressés. Combat de titans interdit aux âmes sensibles. Etant  tous les deux fins connaisseurs de l’Art de la Guerre de Sun-Tzu, ils se comprennent sans doute. Et tout ce beau monde autour servira de chair à canon le jour venu. La vérité du politicien est l’intérêt du moment !

Entre deux eaux

sdeL’eau fut la chose la plus rare et pourtant la plus abondante au Sénégal ces jours-ci. Pendant que l’eau de pluie menaçait d’avaler nos villes et nos banlieues inondées jusqu’au buste, du côté de la SDE, c’est la langue sèche ou la langue de bois. Moment ne fut pas plus mal choisi par un tuyau pour crever. Un accident bien évidemment est une chose imprévisible mais dans le domaine régalien, l’imprévisible doit être prévu et justement c’est là que le bât blesse. La SDE est une société privée qui a passé une sale semaine à priver les citoyens de vie. Ce tuyau nous dit-on avec insistance a théoriquement une durée de vie de 30 ans. A dix ans à peine il nous joue ce genre de tours à l’instar de la route Fatick-Kaolack. Mais enfin que veulent-ils dire à la SDE ? Qu’insinuent-ils ? Que le tuyau n’a pas crevé tout seul ? Toujours est-il que pour garder sa concession, il est vivement conseillé à la SDE de revoir ses installations car dans la frilosité actuelle et des mauvaises nouvelles en rafale, nul besoin pour l’Etat de se voir rajouter un dossier pourri. Espérons pour eux que leur contrat est en béton armé parce que s’il devait être aussi friable que leur tuyau, la dame de fer ne va pas tarder à le broyer. Des contrats léonins qui nous prennent à la gorge il y en a bien d’autres. Les professionnels des TIC commencent à susurrer aux oreilles des autorités que le contrat de la Sonatel doit aussi être renégocié. Ne l’oublions pas, en 2011, elle nous avait privé d’internet pour tordre le bras à l’Etat sur les appels entrants. Toujours est-il qu’il est fort désagréable de constater tous les matins, que dans des domaines aussi stratégiques, que le sénégalais est nu !  Pour la SDE, attention ! Il y a déjà de l’eau dans le gaz ! Les sabres qui ont failli être dégainés chez nos voisins ne sont pas encore dans leur fourreau. A trop jouer avec les nerfs des citoyens, vous risquez de connaître une fin de saison aride !

Cheikh Yérim Seck

cheikh yérim seck 7Avec élégance et flegme, il s’avança suivi du surveillant. Tenue impeccable, rasé de près, propageant, à chacun de ses pas, les notes citronnées d’une eau de toilette qu’on ne s’attendait pas à respirer dans ce lieu d’austérité.

L’élégance à la peau, quel que soit le lieu, elle sera là telle une carapace pour protéger des agressions de ce milieu dur ou de celles d’un maton énervé. A peine les salutations d’usage, Yérim souleva la lèvre supérieure pour faire constater les stigmates d’une correction sévère qu’il reçut, un fil transparent enserrant ses dents pour les maintenir droites. Les yeux ? La vue a baissé, toujours après ce coup de sang du maton, qui, abandonnant toute maîtrise, l’a cogné. Pensons-le, une répartie salée de CYS a du l’énerver au plus haut point. N’ayant les mots pour laver l’affront, il usa du poing. A chacun, ses armes !

Bon la prison est comme un transit, dit-il, elle donne le temps de méditer sur soi et sur la vie, elle laisse aussi le temps d’écrire. Elle forge les hommes. Comme un frein, le bon Dieu l’actionne pour ses amis lorsqu’il constate que le mur n’est pas loin. La cérémonie de clôture de la deuxième saison de son programme ‘’Un café avec’’ s’est faite sans lui mais il était l’absent le plus présent. Ce qui lui a valu cette peine ? CYS y a beaucoup réfléchi et nul doute, il est déjà un meilleur homme.

La CMU en marche

macky 7Dans le cadre de la couverture maladie universelle, l’on  note que les soins de santé des enfants de 0 à 5 ans sont désormais gratuits ! Cette sécurité sociale déclinée par Macky Sall et inspirée de son programme de campagne électorale le Yoonu Yokkuté vient d’être dégainée. Nos enfants sont à l’abri, pris en charge et ce gratuitement et illico presto, dès ce 1er octobre. L’heure presse et les mises en œuvre ne peuvent être remises aux calendes grecques. Elu sur son programme le YY, le président a bien compris que ce programme ne peut plus être différé, les rendez-vous électoraux s’approchant à grande vitesse et les sanctions annoncées au bout. Comme un hercule, il lui faudra dégager de son chemin tout ce qui pourrait freiner cette impulsion et construire un bilan en bonne et due forme avant de se représenter devant les électeurs. Dans nos pays en développement,  nos enfants sont en danger du fait de la malnutrition, de la mauvaise qualité de l’eau, des maladies ou de la mauvaise prise en charge de l’enfant ou de la mère. La course contre la montre est engagée pour les objectifs du millénaire pour le développement et l’assemblée générale des nations unies va certainement apprécier cette mesure de haute portée. Il fallait y arriver avec une mesure forte, là voilà !

oumou wane 2Par Oumou Wane (photo)

Présidente Africa7

Les commentaires sont fermés.