Modern technology gives us many things.

”Une bonne gouvernance pour asseoir une politique durable dans la pêche” Interview xibaaru.com

XIBAARU.COM-Leader de Green et Marines Africa, Chargé de communication du Conseil national interprofessionnel de la pêche artisanale (Conipas) Mamadou Diop Thioune a pris part à la première édition du Salon maritime de Dakar (SMD). Acteur engagé dans le domaine maritime, il nous fait, entre autres, dans cet entretien, une lecture du secteur, de la nomination du nouveau ministre, Haïdar El Ali, un compagnon avec qui il mène le même combat dans le secteur maritime, et sa vision optimiste future de la pêche au Sénégal… 

Xibaaru.com : Quelle appréciation faite-vous du secteur de la pêche sénégalaise?

mamadou diop thiouneMamadou Diop THIOUNE (ci-contre) : Le secteur de la pêche connait des difficultés liées à la gestion des pêcheries, aux dégradations des stock, aux modifications environnementales imposées par les changements climatiques et aussi aux pêches illicites, non réglementées, non déclarées, incontrôlées (Inn). Dans le souci d’une bonne gouvernance, il faut asseoir une politique durable.

Le département ministériel de la pêche vient d’avoir à sa tête un nouveau ministre, en l’occurrence Haïdar El Ali, dont la nomination a créé quelques remous, notamment des pêcheurs artisanaux ; pensez-vous que c’est l’homme qu’il faut à la place qu’il faut ?

Haider est un homme de « Gaïa », c’est-à-dire de la mer, qui a toujours partagé avec nous les combats contre les Inn, la mal gouvernance…

Haïdar El Ali à la tête du département de la pêche, c’est dire que l’homme de la pêche est à la pêche. Nous sommes très liés par l’histoire et nous portons l’écologie et la pêche ensemble. Nous devons gagner parce que nous portons notre destin en main.

Dans quels domaines pensez-vous qu’il doit mettre l’accent pour travailler en synergie et booster le secteur de la pêche ?

Le ministre est interpellé dans tous les domaines du secteur de la pêche en phase avec la lettre de politique sectorielle de la pêche dont les priorités sont : la restructuration du secteur ; l’audit de la flotte et la diffusion des résultats de cet audit ; l’aménagement des pêcheries ; l’application de la réglementation et de la lutte contre les Inn : la mise en œuvre des recommandations des assises nationales de pêches ; la promotion de l’aquaculture maritime et de la pisciculture ; le renforcement du partenariat public-privé dont les organisations professionnelles et la participation des femmes dans le secteur de la pêche.

Les pêcheurs et autres acteurs sont-ils vraiment dans les dispositions d’accompagner le ministre ?

Il ne peut pas y avoir de résultats sans l’accompagnement des acteurs de la pêche qui sont bénéficiaires à la fois. Donc les acteurs sont prêts à l’accompagner.

Vous prenez part au premier Salon maritime de Dakar qui se tient, du 4 au 6 octobre courant avec comme invité d’honneur, la République de Corée et d’autres pays participants. Quel partenariat bâtir, aujourd’hui, pour une bonne collaboration dans la pêche au niveau continental et international ?

Pour la participation des pays industriels de pêche tels que la Corée, la France, la Russie, le Maroc, etc., nous disons que la règle de développement prend en compte la dimension de coopération internationale. Cette coopération contribue, en termes d’investissements, au développement des pays du tiers monde dont le Sénégal, qui a la pêche comme un secteur qui pourvoit des divises et des emplois.

Mais dans toutes les approches de collaboration, nous voulons un partenariat « gagnant-gagnant » au plan continental et international.

Êtes-vous optimistes ou pessimistes quant à l’avenir de la pêche ?

Nous pouvons être optimistes si les critères des programmes et des projets de la gouvernance des pêcheries sont respectés.

Propos recueillis par Balthazar xibaaru.com

Les commentaires sont fermés.