C’est un cri du cœur, un SOS que lance un village de notre chère Casamance au Chef de l’Etat. Le reporter de xibaaru était présent et a recueilli les complaintes de tout un village. Suivez le reportage de xibaaru en exclusivité…dans le village de Niandanky à Sédhiou

khalife niandankyA Niandanky  le khalife général déplore le traitement de l’Etat réservé à ce foyer religieux.
Les notables du village de Niandanky réunis autour de leur khalife, El Hadji Sankoung Diaby (photo),  ont tenu à exprimer leur désarroi  avant-hier dimanche. Le khalife et ses proches interpellent l’Etat en premier lieu le chef de l’Etat Macky Sall. Ils se plaignent de l’accès difficile au village, du manque d’eau potable etc…
Située dans le département de Bounkiling, le village de Niandanky à 3km de l’axe Sédhiou Médina-Wandifa est dépourvu d’infrastructures, l’accès au village  est difficile  à en croire le Khalife : « en 200 7, Macky a rendu visite à mon frère le défunt khalife, nous avons prié pour lui  et exposé nos doléances». Note le khalife. El  Hadji Sankoung Diaby déclare qu’ils ont adressé une lettre au chef de l’Etat via Moustapha Cissé Lo lors de sa visite à Sédhiou mais  sans réponse. « Nous voyons toujours les déplacements qu’il effectue auprès des autres foyers via la télévision nationale ». Une occasion saisie  par un des proches du khalife, en l’occurrence Madiba Diaby, pour déclarer que Niandanky ne voulait pas d’écoles française mais grâce à lui les villageois ont accepté l’école. Il ajoute que près de 35 villages sont situés sur l’axe Diaroumé-Sanssamba,  un tronçon où les malades éprouvent d’énormes difficultés pour regagner le dispensaire de Diaroumé. « Les femmes parcourent près de 1km pour avoir de l’eau buvable près des marigots » nous apprend le khalife. « Il faut que
l’Etat nous appuie, ça relève de ses fonctions, ici nous avons des talibés qui nous proviennent de partout, ils ne vont pas mendier. Nous cultivons de la terre » fait-il savoir.

Chaque année Niandanky reçoit des pèlerins qui viennent de la Guinée, de la Gambie, du Mali et un peu partout du Sénégal, « mais nos visiteurs font les frais de l’Etat de la route » peste El hadji Sankoung Diaby. « Peuplé de près de mille âmes, le village centenaire présente un visage  hideux indigne d’un foyer religieux » note Madiba Diaby le petit frère du khalife. Lors du gamou annuel la délégation officielle avec à sa tête, le gouverneur de la région effectue des visite. « Nous lui soumettons nos doléances mais sans trop espérer car l’Etat ne nous prend pas au sérieux » déclare le khalife. Le khalife déplore aussi le manque d’intermédiaire entre le chef de l’Etat et les dignitaires du Pakao : « nous comprenons bien les charges du président »

Niandanky abrite aussi un foyer psychiatrique traditionnel mais qui à ce jour connait des difficultés : « Chaque année des patients nous viennent de tous les horizons même des occidentaux » nous informe le khalife. Le réseau téléphonique est également défectueux à Niandanki : « la plupart de nos émigrés éprouvent des difficultés pour parler à leurs familles » constate Madiba Diaby.

Ousmane Demba/Sédhiou.xibaaru.com

 

PARTAGER