Modern technology gives us many things.

Un nouveau Macky vient d’émerger : sa méthode, son approche et sa solution…

C’est par le terrain que Macky Sall a conquis le pouvoir ! Par le terrain, il compte le reconquérir ! Par le terrain, il y arrivera certainement même si c’est loin d’être gagné car il lui faudra semer et bêcher encore !
Sa tournée dans le Nord et l’Est du Sénégal a été dépeinte par certains comme une campagne électorale déguisée. Peut-être l’est-elle mais il est absolument difficile de délimiter la frontière entre le politique et l’économique dès qu’un Président descend sur le terrain ! Wade, lorsqu’il faisait ses tournées économiques était aussi accusé de campagne électorale déguisée. Certainement d’autres avant lui !
Le constat
Or, si aller à la rencontre de ses administrés pour les voir, les toucher, les sentir ou pour inaugurer des installations pour lesquelles l’on a parcouru le monde entier à la recherche de fonds est une campagne électorale déguisée, alors que Macky soit en campagne électorale manifeste et permanente ! Il a notre quitus, nous le peuple ! Le Sénégal ce n’est pas que Dakar, voyons !
Les populations de l’arrière pays ont besoin de voir leur président et pas seulement pour un effet placebo. Maintenant, si c’est la forme qui déplait avec toutes ces caravanes indigènes, ces nuages de poussière, ce folklore de bruit et de fureur qui font qu’une tournée économique se mue en tournée politique, les raisons ne sont à chercher nulle part ailleurs que dans notre culture. Chaque peuple festoie à sa façon son bonheur et chez nous, nous chantons et dansons…
N’empêche, Macky a raison d’avoir fait cette tournée et doit d’ailleurs continuer sur cette voie. Qui accepterait d’être malade et d’être privé de son docteur ? On a élu Macky Sall pour qu’il nous consulte, nous soigne, nous guérisse de nos gangrènes insupportables. On l’a élu pour le voir, pour le sentir, le toucher, pas pour qu’il se réfugie dans les velours douillets d’un palais ou dans des bureaux calfeutrés devant ses dossiers. Le terrain est fondamental dans l’exercice du pouvoir. Il lui faut voir de ses propres yeux. Donc l’on ne peut vouloir un Président proche du peuple et hurler fort lorsqu’il sort du bunker.
Les Urgences
Je ne sais pas, mais mon petit doigt me dit qu’un nouveau Macky vient d’émerger. Depuis son accession au pouvoir, c’est vraiment la première fois que je commence à sentir que notre Président a enclenché la dernière vitesse. Il s’était embourbé sur les pistes cahoteuses du doute, se demandant par quel bout aborder cette grosse affaire que nous sommes…Il lui a fallu du temps en effet pour savoir comment débobiner nos misères, reprendre le fil à l’envers et tordre la main à la fatalité de la pauvreté qui veut que les femmes meurent encore en donnant la vie, que nos universités lorsque les années ne sont pas blanches crachent des bouffées de chômeurs, que les charrettes soient un moyen de transport normal sur des pistes d’argile, que l’électricité et l’eau soient distribuées avec parcimonie lorsqu’elles le sont, que certains ne mangent pas encore à leur faim, que nos pauvres deniers, une calebasse dans laquelle l’on se jette dès que l’on a le ticket d’entrée politique en poche et le strapontin qui va avec…
Le Pse comme Solution
Pour Macky l’ingénieur, le scientifique, tout ceci est un système détraqué qui ne tourne pas rond. Pour lui, les choses doivent être ordonnées, logiques pour qu’il y comprenne quelque chose.
Apparemment il a compris et a trouvé le sésame du PSE, abréviation qui ne dépayse point les pharmacologues tant cela ressemble à un protocole. Ce remède nous sera administré par force. C’est un traitement qui se veut plus violent que le mal. Un traitement de choc pour un peuple déprimé et désabusé !
La semaine passée, Macky a arpenté le Sénégal du nord et de l’Est, de long en large, avalé des milliers de kilomètres, pas encore les 80 000 kilomètres qu’il avait du ingurgiter pour se faire élire à la magistrature suprême.
L’on a vu des séquences extraordinaires pendant sa tournée, des sénégalais dans des ranchs qui n’ont rien à envier à ceux des américains, un pays qui bourgeonne, des routes qui poussent, des ponts qui fleurissent. Le maire de Ndioum en était tellement ému qu’il l’a appelé‘’ pomme de Ndioum’’ le fameux pont. Bien sur, croquez dedans à pleines dents depuis que vous l’attendiez !
Plus sérieusement, si Macky Sall arrive à nous garantir l’autosuffisance en riz en 2017, alors nous aurons acquis une deuxième indépendance.
Alors sur le terrain toute Macky et bon vent ! Politique ou économie nous ne chipoterons guère.
Oumou Wane
Présidente africa7

Les commentaires sont fermés.