Modern technology gives us many things.

Tuerie de Boffa, viol de touristes : la destination Casamance sacrément écornée !

Du vrai gâchis ! Voilà comment on pourrait appeler ce qui est en train de se passer en Casamance. Après une réputation sérieusement écornée par 30 ans de conflit casamançais, les coupeurs de route, plus récemment la tuerie de Boffa, voilà que des inconscients en rajoutent une couche en violant des touristes. Un acte ignoble qu’il faut condamner au plus haut point en espérant que les autorités appréhendent au plus vite les auteurs.

La région sud, isolée géographiquement du reste du Sénégal, l’est encore plus à cause de la rébellion et les malfrats en tous genre qui agissent sans réfléchir aux conséquences. Ce alors même qu’elle commençait à reprendre du poil de la bête grâce aux quelques années d’accalmie.

La Casamance est une belle région, tous ceux qui y sont allés vantent sa beauté. Mais si certains fils de la Casamance font tout pour saper l’intérêt des touristes pour la région, que va-t-elle devenir ? Et cela ressemble beaucoup à un sabotage du processus de la paix qui avait été entamé quelques semaines avant les événements tragiques y sont survenus.

En effet, le secteur touristique est un des moteurs de développement de la région. Déjà, avec le massacre de Boffa, la France avait interdit à ses ressortissants d’aller à Ziguinchor. Certains se demandaient d’ailleurs si cette décision n’était pas exagérée ? Eh bien, les violeurs des touristes espagnoles viennent de donner raison aux autorités françaises. Quel étranger oserait s’aventurer dans une ville touristique où on agresse et viole des femmes ?

Conséquence, l’ambassade d’Espagne au Sénégal vient d’emboîter le pas à celle de la France en déconseillant à ses ressortissants la destination Casamance jusqu’à nouvel ordre. Et il n’est pas exclu que d’autres pays mettent en garde leurs compatriotes. Ce qui est tout à fait naturel dans les circonstances. Et, les premières victimes de ces mesures sont d’abord les Casamançais qui vivent du tourisme et des « secteurs dérivés » comme l’artisanat, le commerce, l’art, etc… Autant dire que c’est un retour à la case départ pour convaincre sur l’attractivité de la région.

Les commentaires sont fermés.