Modern technology gives us many things.

Souleymane Jules Diop tombe dans le piège de Mankeur : un journaliste sacrifié

Quand on veut tuer son chien, on l’accuse de rage ! Alors Souleymane Jules Diop sera abattu parce que le ministère des Affaires Etrangères, ce labyrinthe d’hommes obscurs dirigé par un guru l’accuse de rage. Ils vont tuer le journaliste parce qu’il n’est pas diplomate.
Les hommes obscurs l’ont poussé à commettre un délit de vérité, ce qui est impardonnable dans le milieu diplomatique.
La Vérité qui n’est pas bonne à dire
« Lors d’un point de presse initié par le ministère des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’Extérieur (Maese) secrétaire d’Etat aux Sénégalais de l’Extérieur, Souleymane Jules Diop, a dénoncé le fait que les ressortissants Sénégalais au pays d’Ali Bongo, estimés entre 40 000 à 50 000 personnes, sont obligés de payer quelques 824 000 F CFA, représentant une caution de rapatriement et 50 000 F CFA pour le séjour, alors que les ressortissants de ce pays vivant au Sénégal paient 100 000 F CFA, tous frais confondus, pour les formalités requises ». Selon le communiqué du Ministère des Affaires Etrangères.

Mais au même moment où Souleymane Jules Diop faisait sa déclaration, Mankeur Ndiaye, le ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur et son homologue gabonais, Emmanuel Issoze Ngondet signait un protocole sur une dispense de visas entre les deux pays. Vous y comprenez quelque chose?

La trahison

Les hommes obscurs des Affaires Etrangères ont ouvert une conférence de presse pour permettre à Souleymane Jules Diop de dénoncer l’inégalité des traitements entre nos compatriotes vivant au Gabon et les ressortissants de ce pays au Sénégal…

Mankeur Ndiaye ne l’aurait jamais fait. Et son ministère aussi obscur qu’il soit, ne l’aurait jamais permis pour un diplomate de carrière de faire un point de presse et de dénoncer les lois d’un pays souverain. Car le Gabon est souverain et à ses lois. Le Sénégal peut accepter de faire la réciprocité sans dénoncer les lois de ce pays ami qui plus regorge plus de 48.000 sénégalais officiels sans compter les clandestins. Le Gabon a officiellement 1.700.000 habitants contre 13 millions pour le Sénégal. On ne peut pas risquer la vie de 48.000 sénégalais pour une réciprocité en finances et non en nombre. Les gabonais peuvent le demander mais pas le Sénégal. Le Sénégal l’a demandé pour la France mais les enjeux ne sont pas les mêmes. La population française fait 6 fois celle du Sénégal. La population française est une clientèle touristique. Et elle a besoin du Sénégal. Les Gabonais viennent au Sénégal essentiellement pour les études. Alors que les Sénégalais vont au Gabon pour le commerce.
Comment voulez-vous comparer deux immigrations totalement différentes : des commerçants sénégalais contre des étudiants gabonais. Vraiment il faut être bête. Souleymane Jules Diop a été piégé. Il n’aurait jamais fait cette conférence sans l’aval de son ministre de tutelle qui comprend bien les enjeux diplomatiques.

Souleymane Jules Diop sera a sacrifié

Les diplomates des affaires obscures l’ont piégé et il sera défenestré à moins que le Président Macky Sall ne comprenne le double jeu de ce ministère. Mais si le Sénégal se lance dans cette réciprocité sans enjeu, alors Bongo pourra mettre mal à l’aise 48.000 familles sénégalaises au Gabon. Et Souleymane Jules Diop pourra mettre mal à l’aise les étudiants gabonais : 50.000 familles sénégalaises (pères, mères et enfants sans compter les familles au Sénégal) contre 2800 gabonais. Eh oui, « il y 2800 gabonais au Sénégal dont 2000 sont des étudiants » selon Charlène Wara M’wenkondeh chargée de la communication de l’Association des élèves et étudiants gabonais au Sénégal (ASEEGS).

Doudou Andy NGOM pour xibaaru.com

Les commentaires sont fermés.