Modern technology gives us many things.

Sidy Lamine Niasse voulait être inhumé à Yoff

0

“Sidy Lamine Niass, durant ces derniers jours, a exprimé une volonté. La date d’aujourd’hui, marque la fin de son séjour sur terre. Et je crois qu’il faut qu’on respecte ses dernières volontés. Il a émis le vœu d’être inhumé à Dakar, au cimetière de Yoff. (…). Il a toujours nourri la volonté de ratisser large, en toute chose. C’est d’ailleurs ce qui explique sa volonté d’être inhumé à Dakar. Que l’on considère donc qu’ériger à Dakar la dernière demeure de Sidy Lamine Niass est pareil que si ça l’était à Kaolack, Touba, Tivaouane ou ailleurs. Tout le monde est conscient de l’estime qu’il vouait, entre autres, à Serigne Touba, Mame El Hadji Malick. Donc, le choix de Yoff pour son inhumation est un choix cohérent”, a confié le fils du défunt Pdg.

Celui-ci de poursuivre : “Il m’avait confié sa volonté d’avoir une tombe simple et non un mausolée (…). Nous, ses enfants, sommes unanimes. Nous, à travers ma personne et ses veuves (nos mamans) avons décidé donc de respecter ses dernières volontés. Nous invitons les disciples à nous comprendre. Que la volonté de la famille qui est conforme à celle du défunt soit respectée ! Que tout le monde comprenne que ce n’est pas un choix égoïste ! C’est une volonté émise de vive voix par notre défunt père ! C’est lui qui a choisi le cimetière de Yoff !”

Pourquoi le choix du Cimetière de Yoff pour y être inhumé

“Que l’on sache encore une fois que Sidy Lamine Niass est une personnalité multidimensionnelle ! Ce n’est pas seulement le religieux, c’est aussi un homme de média, un défenseur des libertés. Donc, que l’on comprenne que si on l’inhumait à Kaolack cela pourrait traduire que sa mission était simplement une affaire de région. Par contre, respecter sa volonté d’être inhumé à Dakar lui donnerait le sentiment d’avoir mené une mission nationale et même internationale. Et c’est la seule chose qui pourrait se conformer à sa volonté. J’estime alors que sa démarche est cohérente”.

Que l’on n’oublie surtout pas qu’il avait un combat. Sidy Lamine Niass s’était octroyé le titre de la “voix des sans voix”. Il s’était toujours érigé en bouclier pour prendre la défense des faibles. Il croyait dur comme fer à ce combat. On discutait, lui et moi, plus de 3 heures des fois sur WhatsApp. (…). C’est un évènement triste qui nous affecte tous autant que nous sommes, en tant qu’enfants du défunt, talibés (disciples) ou journalistes. Ce n’est pas un malheur qui touche uniquement les acteurs de la société civile ou des politiques. C’est tous les Sénégalais qui sont endeuillés”, a-t-il dit selon Dakaractu.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.