En une semaine de campagne, des affrontements entre politiciens a fait plusieurs blessés graves, des échauffourées entre supporters se soldent par la mort tragique de huit personnes. L’on est en droit de se demander si on est toujours au Sénégal. Honnêtement, avec toutes les tensions occasionnées par la politique, il fallait s’attendre à quelques accrochages de la part des camps adverses mais pour ce qui est du football, il y a quelque temps que la violence a déserté les tribunes. Pourquoi refait-elle surface maintenant quel que soit l’enjeu du match ?

Dans toute société, il y a des personnes plus enclines à la violence que d’autres mais au Sénégal elle va crescendo. Des meurtres crapuleux, des agressions, des braquages à main armée en plein jour, des coups de feu tirés pour un rien, d’où vient cette propension à user d’armes ? L’on doute fort que le communiqué du ministre de l’Intérieur ramène les uns et les autres à la raison. « Les auteurs d’infractions en rapport avec la violence seront traduits devant la Justice, surtout, si, en violation de l’arrêté ministériel interdisant le port d’arme jusqu’à nouvel ordre, ils sont retrouvés en possession d’armes », indique-t-il.

Mais objectivement, c’est l’Etat qui est responsable. A quoi sert une loi si elle n’est pas appliquée. Il ne suffit pas de dire que le port d’arme est interdit jusqu’à nouvel ordre pour que les malfaiteurs les rangent comme par enchantement. Il faut qu’il y ait un suivi afin que tous les contrevenants soient punis conformément à la loi. Dans une campagne électorale, où il est plus question de délivrer un message aux populations, que viennent y faire des gourdins, des machettes et des armes à feu si vraiment on part avec une intention pacifique ?

Pis, jamais les vrais coupables ne sont jamais pris. Suite à la tragédie de Demba Diop, beaucoup de coalitions et partis ont décidé de suspendre leur campagne pour 24 heures. Ce qui est certes fort louable. Mais ce qu’on attend d’eux, c’est d’être proactifs. Il ne faut pas attendre qu’un drame se produise pour agir ou éternellement compatir. Le gouvernement au premier chef doit se remettre en question sur la question de la sécurité où il s’est montré quelque peu laxiste.

PARTAGER

1 COMMENTAIRE

  1. Au moment où les dirigeants africains offrent à leur jeunesse des sillicon walley, Macky offrent à sa mienne un MUSCULODROME où le matériau le plus basique (le muscle). Ses fréquentes références à la lutte a fini à inculqué un mental de mbeur à la jeunesse sénégalaise , c’est là l’origine de la violence.

Comments are closed.