Modern technology gives us many things.

Sénégal/Exclusivité xibaaru.com : Comment Wade a fait exploser la dette du Sénégal

sénégal rougeSelon un rapport du Club de Paris, Abdoulaye Wade, l’ex président, est à l’origine des problèmes actuels du Sénégal. Il a multiplié la dette du Sénégal auprès du ‘Club de Paris’ dès sa réélection en 2007 et ce, jusqu’en 2011. Le célèbre monument de la Renaissance  dont la construction a commencé en 2009 à son inauguration le 3 avril 2010 et le Grand Théâtre dont l’étude du milieu et la conception ont été faites en octobre 2011 sont passés par là. Les réalisations gigantesques de Wade, ses 7 merveilles (inachevées) et les enrichissements de ses proches auront fini de mettre le Sénégal dans une situation de surendettement.

Rapport du Club de Paris

Le rapport 2012 du Club de Paris est édifiant. Au chapitre ‘Évolution récente de la dette extérieure dans certains des premiers PPTE’, à la page 42 dudit rapport, la situation macabre de la dette du Sénégal est le fait d’un seul personnage : Abdoulaye Wade.

Wade a laissé en héritage à Macky Sall et aux 13 millions de sénégalais, une dette qui noircit l’avenir du Sénégal. Wade père a mis le Sénégal dans le rouge.

Le rapport 2012 note que l’Éthiopie, le Niger, l’Ouganda, le Sénégal et la Tanzanie, soit cinq pays qui ont atteint le Point d’Achèvement avant 2007 (« premiers PPTE ») ont connu une accumulation de la dette rapide ces dernières années. Ces cinq pays ont vu en effet leur ratio de la dette extérieure (en pourcentage du PIB) augmenté en moyenne de plus de 2 % du PIB par an.

Le cas du Sénégal

La dette extérieure du Sénégal qui passait de 51 % du PIB en 2003 à 18 % à fin 2007,  s’est régulièrement accrue depuis lors, d’un montant d’environ 2,3 milliards de dollars (l’équivalent de 16 % du PIB de 2011) entre la fin 2007 et la fin 2011. Quelques 65 % de cette hausse proviendrait de créanciers multilatéraux, 9 % de créanciers publics bilatéraux, et le reste de créanciers commerciaux. Cette rapide accumulation de dette a principalement servi à financer un ambitieux programme d’investissements.

Le cas du Niger

De la même façon, la dette extérieure du Niger, qui était revenue de plus de 90 % du PIB à fin 2000 à environ 15 % du PIB à fin 2007,  est remontée fortement, à 26 % du PIB en 2011. Cette hausse serait essentiellement dûe à de nouveaux programmes de financement de grands projets dans les secteurs du pétrole et de l’uranium, adoptés en 2010 et en 2011.

Bilan du Rapport du Club de Paris

2012 a vu successivement la Côte d’Ivoire et la Guinée atteindre la dernière étape du processus et obtenir à ce titre une annulation totale de leur dette extérieure à l’égard du club de Paris en juillet et octobre. Les créanciers du Club de Paris ont, note le rapport 2012, “contribué non seulement à rétablir la soutenabilité de la dette extérieure de ces deux pays, mais aussi à stimuler les moteurs d’une croissance”.

Quatre pays africains n’ont pas encore respecté la totalité des conditions d’un allégement complet de la dette et devront s’engager à “préserver la paix et la stabilité et améliorer la gouvernance” sous la houlette du FMI, pour bénéficier de l’aide au titre de l’Initiative PPTE. Il s’agit du Tchad,  qui demeure à un stage intermédiaire et de l’Erythrée, la Somalie et du Soudan.

Rappelons que l’initiative du Club de Paris a été lancée en 1996 par le FMI et la Banque mondiale et renforcée en 1999 au sommet du G7 de Cologne, pour assurer qu’aucun pays ne soit confronté à une charge d’endettement insoutenable. La grande majorité des pays concernés sont et demeurent des pays d’Afrique.

Les membres du Club de Paris sont les suivants : Allemagne, Australie, Autriche, Belgique, Canada, Danemark, Espagne, Etats-Unis, Fédération de Russie, Finlande, France, Irlande, Italie, Japon, Norvège, Pays-Bas, Royaume-Uni, Suède et Suisse

 Les pays créanciers se réunissent dix fois par an dans le cadre de sessions de négociation pour discuter entre eux de la situation des pays débiteurs en matière d’endettement extérieur ou pour traiter de questions méthodologiques liées à la dette des pays en développement (réunions appelées « tour d’horizon »). Ces réunions se tiennent à Paris. Les sessions de négociation sont organisées à la demande d’un pays débiteur. Un pays endetté vient négocier avec le Club de Paris lorsqu’il a conclu avec le FMI un accord sur un programme économique qui montre qu’il n’est pas en mesure d’honorer ses obligations en matière de dette, et qu’il a par conséquent besoin de conclure un nouvel accord sur le service de sa dette avec ses créanciers extérieurs.

Avec Wade, on aura tout vu. Avant, pendant et…après.

Eh oui ! Wade le magnifique prodigue ! Wade le boulimique et le gourmand.

Et les sénégalais ?

De pauvres endettés…

Doudou AndyNGOM.xibaaru.com

Les commentaires sont fermés.