Les  Casamançais accusent leurs homologues de la Gambie voisine d’exploiter dans la clandestinité le secteur du transport sur le territoire sénégalais.  En clair, ils frontière gambieaccusent les gambiens du transport en commun d’opérer au-delà de leurs frontières sans s’acquitter des droits et dans le non-respect des lois qui régissent le transport transfrontalier. Les professionnels du volant du Sénégal estiment qu’ils subissent une concurrence déloyale  que leur imposent les chauffeurs gambiens aidés par le laxisme des forces de sécurité et de contrôle compétentes en la matière. Ils accusent ces dernières de « laisser faire » et pourtant, se désolent-ils, dans les brigades des services des eaux et forêts  et des douanes sénégalaises on y trouve des véhicules gambiens saisis et mis aux arrêts pour fraude ou exploitation clandestine de la forêt. Les chauffeurs pensent que «c’est parce que là, ces services gagnent beaucoup d’argent ». Ils se demandent alors pourquoi l’état à travers ses services frontaliers de contrôle ne fait pas la même chose dans le secteur du transport.
Selon Moussa Dramé alias Balaké du regroupement des chauffeurs de Sédhiou, les chauffeurs du pays de Yaya Jammeh ne payent pas d’assurance ni de passe avant et impute la responsabilité à ceux qui sont chargés de faire le contrôle.
transporteur zig karambaEt Ousseynou Karamba Goudiaby (photo ci-contre), président régional du regroupement des chauffeurs de Ziguinchor de lui emboîter le pas et enfoncer davantage les forces de sécurité et dira ceci : « du temps où les chauffeurs gambiens n’arrivaient pas au Sénégal, 70 voitures de 7 places, 14 mini cars et 4 cars embarquaient chaque jour de Séléty (frontalière). Mais aujourd’hui nous ne faisons pas plus de 30 départs. Le transport en territoire sénégalais de Casamance est tué par les gambiens, trop c’est trop ».
Les chauffeurs interpellent alors l’état du Sénégal pour trouver une solution rapide sinon ils vont se faire entendre. Mais déjà une idée leur vient en tête, celle de demander aux gambiens du transport en commun de ne pas franchir la frontière et on risque de revivre le scénario des années précédentes où on a connu ce genre de mesures à maintes reprises au grand dam des voyageurs.
Les chauffeurs sénégalais ont alors convié ceux de la Gambie samedi dernier à Séléty à une rencontre pour arrondir les angles. Mais après l’exposé de leurs griefs, Aladji Moumin SY (president national transport control association of Banjul) a préféré calmer le jeu en demandant le report des discutions  à une date ultérieure. Pour lui, cette question doit être réglée entre responsables des syndicats nationaux des deux pays. «  Le Gambie et le Sénégal ont le même peuple, ce qui fait mal
aux sénégalais nous touche aussi donc il n’y a pas de raison qu’on ne trouve pas de solution quelle que soit la gravité du problème. Nous ne voulons que la paix entre sénégalais et gambiens » a-t-il laissé entendre.
Affaire à suivre…

Mamadou Lamine Badiane/bignona.xibaaru.com

PARTAGER