Modern technology gives us many things.

Sénégal : 14 lycées pro dans les 14 régions du Sénégal

lycée sénégalLes 14 régions du Sénégal vont, chacune, bénéficier d’un lycée professionnel à court et moyen terme, a annoncé jeudi, le ministre-conseiller auprès du chef de l’Etat, Serigne Guèye Diop, par ailleurs président de l’association “Passeport pour l’avenir”.

M. Diop a fait cette annonce lors de la réunion du comité régional de développement (CRD) délocalisé à Sandiara, une communauté rurale du département de Mbour, qui abrite le lycée-pilote dudit projet.

Dans la première phase de ce projet de réalisation des 14 lycées professionnels, six vont être réalisés entre 2013 et 2015 et les huit autres sont prévus pour la période 2015-2016, a signalé M. Diop, précisant que la création de ces lycées professionnels reposera sur les spécificités de chaque zone.

‘’A travers ces réalisations, le chef de l’Etat veut contribuer à la formation des entrepreneurs de demain, des agriculteurs modernes pour moderniser notre agriculture et contribuer à la sécurité alimentaire nationale et assurer la formation continue des techniciens du secteur privé aussi’’, a-t-il expliqué.

La création de ces lycées vont contribuer ‘’efficacement’’ à la lutte contre le chômage et le sous-emploi, parce qu’ils vont permettre de former 20.000 techniciens par an, soit 100.000 formés sur une période de cinq ans, a indiqué Serigne Guèye Diop, par ailleurs Directeur général du Centre de développement et de recherche de Nestlé, basé à Abidjan.

‘’L’ambition du président de la République est d’offrir un métier à chaque jeune Sénégalais et le modèle suisse en matière de formation professionnelle sera un élément essentiel’’, a rappelé ce conseiller de Macky Sall.

A l’image de ce modèle suisse, l’université n’est pas la seule voie de réussite, a estimé M. Diop, un natif de Sandiara où il a développé ce modèle de lycée professionnel.

‘’Notre pays n’a pas besoin que d’universitaires. On devrait permettre à nos enfants, une fois arrivés en classe de troisième ou au CM2, la possibilité d’avoir 50% parmi eux s’orienter vers la formation professionnelle pour devenir d’excellents mécaniciens, électriciens, agriculteurs, etc.’’, a-t-il soutenu.

‘’L’autre moitié pourrait aller maintenant vers des études scientifiques, littéraires et autres filières classiques. C’est de cela que notre pays a besoin et le souhait du chef de l’Etat c’est que Sandiara et Fatick soient les modèles pour mettre en place ce type de formation. L’idée du président de la République c’est d’aller vers une rupture dans le sous-emploi.’’

Les pistes de sortie de la crise de l’emploi se trouvent dans la formation professionnelle, avec surtout les métiers de l’agriculture, de la pêche, entre autres secteurs d’activités où le Sénégal peut faire la différence.

Pour sa part, Ciré Bâ, conseiller technique n°1 du ministre de la Formation professionnelle, de l’Artisanat et de l’Apprentissage, a souligné que le système d’enseignement professionnel et technique du Sénégal était “élitiste”.

‘’Nous n’avons pas plus de 40.000 apprenants dans la formation professionnelle. Ces lycées professionnels constituent la seule voie qui peut nous permettre de prendre en charge toute cette masse de jeunes qui ne peuvent pas accéder au système classique d’enseignement professionnel et technique’’, a-t-il ajouté.

Les commentaires sont fermés.