Modern technology gives us many things.

Saer Guèye ressuscite le passé de Fada-le-traître

Chers compatriotes,

On ne tire pas sur une ambulance de surcroît s’il s’agit d’une charrette qui fait office. Notre grand Maître nous a toujours enseigné d’ignorer les traîtres.

Vous comprendrez que pour ce cas particulier et par devoir de mémoire nous allons passer outre.

Modou Diagne FADA a payé sa carte du PDS dans ma chambre à l’Université Chekh Anta DIOP. Les membres du MEEL et de l’UJT de Kébémèr témoigneront des divergences profondes avec ceux parmi nous qui avons refusé son obsession de toujours chercher à diriger les structures, par un activisme débordant. Ainsi, il a incarné le disciple accompli de Machiavel pendant son tortueux parcours politique.

Je ne citerai pas de noms; les concernés se reconnaîtront dans le processus de manipulation décrite.
A travers ses plans de liquidation de frères et sœurs engagés qui ont préféré vivre leur conviction et l’attachement à la vision du leader historique Me WADE. Ils ont humblement bénéficié d’une bonne formation à proximité du professeur WADE; malgré les coups de sabots. Ceux-là qui ont choisi l’engagement dans le respect des valeurs de sincérité, de reconnaissance, de courage, de solidarité et de fidélité ont souvent subi ses intrigues au mépris du seul intérêt du parti. L’écrasante majorité constitue le dernier rempart du rideau de protection du grand maître.

Qui ne se rappelle pas du complot pour exclure de nombreux hauts responsables jeunes du parti?
N’est-ce pas une plaidoirie basée sur la sincérité et la pertinence du discours qui nous a sauvés de la guillotine devant Me WADE, ministre d’état qui a vite déjoué les mensonges de FADA?.

Qui ne se rappelle pas de sa défaite au renouvellement du CLF de l’UJT de Kébémèr où il n’a pu avoir le mandat qui lui  promettrait présenter sa candidature au poste de secrétaire général de l’UJT, à la conférence nationale de ladite structure?

Qui ose oublier le cynisme qui a amené le même comploteur à organiser un coup d’état électoral par l’instigation de la limite d’âge pour écarter les deux (02) délégués qui étaient déjà démocratiquement mandatés à la conférence nationale?

Profitant de sa position, il a abusé le parti en faisant changer les règles du jeu durant la compétition comme Macky Sall qui a plafonné à 75 ans l’âge des candidats pour éliminer Me WADE dont il craint l’ombre.

Ceux qui se ressemblent s’assemblent: FADA et Macky sont bonnet blanc et blanc bonnet. Ils ont emprunté la même turpitude pour se hisser au « sommet » très instable par la manipulation et la triche.

Quel est l’esprit lucide et capable d’analyse qui peut être surpris de ces retrouvailles?

C’est un secret de polichinelle qu’ils alliés autour des intérêts personnels d’un président vomi par son peuple et d’un prétentieux homme politique en perte de vitesse, à la recherche d’une protection institutionnelle et peut-être contre le bâton de la CREI.

Dans les salons de Dakar, beaucoup d’observateurs avertis partagent les indiscrétions sur le marchandage relatif à la taille de l’enveloppe du palais qui ralentirait la conclusion d’accord ou deal.
Depuis le démarrage des prétendues négociations; vous n’avez jamais entendu des discussions de Plénipotentiaires sur des axes de programme, de déclinaison de convergences sur une vision partagée.
Que de vides fanfaronnades sur le slogan de l’appartenance à la famille libérale dont Mr Diagne se sert pour chercher un parapluie sémantique.

Tout le monde a suivi comment les seconds couteaux de Mr Diagne qui ont compris son jeu sont allé directement brouter aux prairies marrons avant lui.
D’ailleurs, la coquille vide de Fada  qui a été rattrapé par un minable score du plus fort reste qui lui a valu un seul député aux dernières législatives.
Après ces élections, ses  prétentions politiques ont subi un revers; il s’y ajoute le sevrage des dictées préparées du Président WADE. L’incapacité de structurer une vision, un programme et l’absence d’une participation de qualité au débat démocratique national ont fini par plomber le positionnement sur l’échiquier politique de l’appareil « YESSAL », instrument de promotion personnelle d’un FADA devenu méconnaissable. Ceux qui le connaissent savent qu’il ne rien faire seul; il est gamin dans l’âme. Il a toujours besoin d’un mentor pour entreprendre; il suffit de suivre son cursus politique.

Chers compatriotes,

A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire.

Cette campagne médiatique autour de ce non-événement de ce ralliement est un pare-feu pour BBY et son candidat isolé et en mal de popularité.

Le pouvoir cherche un coup médiatique par la présentation d’une capture dans le marigot de l’opposition. Peut-être qu’ils ont pris un « yaboye » pas plus.
Personne ne peut nous détourner de notre stratégie de défendre l’inscription  effective et légale du Président Karim WADE, candidat du peuple. Nous sommes préoccupés par le déroulement de notre stratégie qui se fixe l’objectif d’imposer l’organisation d’élections transparentes et libres où tous les candidats participeraient. Enfin, nous devons engager la lutte permanente pour opposer un rapport de force qui va dégager le clan Faye-Sall. Nos avantages concurrentiels se situent au niveau de la solidarité, la fidélité dans notre organisation où nous sommes tous riches de la diversité, la pluralité des idées et la complémentarité des autres; derrière un leader exceptionnel, généreux qui a tout donné au Sénégal, à l’Afrique et au monde.
Ses enseignements doivent être revisités pour la construction d’un Sénégal🇸🇳 prospère dans une Afrique intégrée capable de jouer son rôle dans un monde global sans pitié pour les petits pays.
L’espoir du Sénégal 🇸🇳, le Président Karim WADE, candidat de la première force politique du pays reviendra à bonne date, participera à la campagne électorale de Février 2019 et battra Macky Sall.
Vive le Sénégal
Papa Saer GUÈYE militant du PDS

2 commentaires
  1. GUÈYE Papa dit

    Je souhaiterais suivre tous les commentaires

  2. Sangare dit

    Dégage tu racontes rien

Les commentaires sont fermés.