Modern technology gives us many things.

Rapts et meurtres d’enfants : au-delà l’émotion…

“Sénégal pays de la Teranga”, a-t-on l’habitude de dire. Cependant, il s’y passe des choses horribles qu’on ne voient que dans les films d’horreur. En effet, comment peut-on concevoir que des gens puissent faire du mal à des enfants innocents et sans défense ? Pourquoi une telle barbarie ? Qui sont les monstres qui sont capables d’une telle ignominie ? Et pourtant, ce sont des êtres vivants (mais pas humains), de chair et d’os, qui se fondent dans la masse pour perpétrer cette sale besogne.

Comme d’habitude quand une tragédie frappe notre pays, l’émotion prend souvent le dessus sur la raison et place aux dérives. En effet, après la première vague d’enlèvements et de meurtres, des innocents ont failli être lynchés, d’autres ont été torturés et, à chaque fois, n’eût été l’intervention des forces de sécurité d’autres personnes allaient s’ajouter à liste macabre des victimes. Les gens ont finalement peur de sortir avec leurs propres enfants pour ne pas être pris pour des kidnappeurs. Ce qui complique le travail de la police qui, en plus de devoir traquer les vrais coupables, doit constamment éviter des lynchages.

D’autres part, il y a la clameur sur les réseaux sociaux où certains alimentent la psychose plus qu’ils ne résolvent l’équation. Dans ces heures sombres, les populations doivent s’organiser. Les parents doivent être plus vigilants, qu’ils veillent à ne pas laisser les enfants jouer seuls dans la rue sans surveillance. On pense souvent que le malheur n’arrive qu’aux autres jusqu’à ce qu’on en fasse l’amère expérience. Avant d’en arriver là, il faudrait prendre les mesures qui s’impose.

Dans des cas comme celle-ci, on a tendance à chercher des boucs-émissaires. Et l’Etat est la cible parfaite en ce sens qu’il doit garantir la sécurité des biens et des personnes. Depuis le début de cette série macabre, aucun suspect n’a encore été arrêté. On ne doute pas que la police fait son travail, mais la communication est aussi essentielle pour rassurer les populations. Le gouvernement, contrairement à ce que certaines personnes font croire sur les réseaux sociaux, a bien communiqué sur le phénomène par la voix du ministre de la Justice Ismaïla Madior Fall. Mais, cette communication doit être intelligente au risque de voir des individus dénués de scrupule en faire un fond de commerce ou une politisation à outrance.

Les commentaires sont fermés.