Modern technology gives us many things.

Qui va aider Kédougou qui n’a plus d’hôpital ?

kédougou centre de santéUn seul centre de santé comme centre de référence

Depuis octobre 2009, le centre de santé de Kédougou  a connu une évolution importante grâce au personnel trouvé sur place. Avec la clairvoyance du Docteur Cheikh Sadibou Senghor, médecin chef du centre de santé de Kédougou, des pas de géants ont été franchis. Cependant la prise en charge de tous les malades pose d’énormes problèmes par manque de personnel technique.

Kédougou est devenu région à la suite du découpage administratif survenu en 2008 avec chef-lieu de région du même nom. Le phénomène de l’exploitation minière accentuée par la prolifération des sites d’orpaillage traditionnel a créé une ruée vers l’or. Et ces dernières années, Kédougou a  vu sa croissance démographique évoluer  si rapidement.  Cette situation a accéléré les besoins en soins des habitants de Kédougou « terre des hommes ».

Plusieurs efforts consentis

Ayant très tôt pris conscience de cette situation nouvelle, Docteur Cheikh Sadibou Senghor (photo ci-dessous), le directeur du centre de santé par ailleurs, médecin -chef du District sanitaire de Kédougou et son équipe ont mis en œuvre une panoplie de mesures pour répondre à cette exigence des patients.

docteur senghor« J’avoue que depuis 2009, l’offre de service a considérablement augmenté au niveau du centre de santé de Kédougou.  Grâce à l’appui des partenaires, nous avons  eu de nouvelles salles (une grande salle d’accueil, une salle d’urgence,…) dont la construction a été financée par Rand gold.  Il y a maintenant assez d’espace pour les malades. Nous avions également mis en place un service de pédiatrie » a souligné  Docteur Senghor.

Il reviendra à la charge pour ajouter : « L’offre de service est assez complète, avec la radiographie, un service de chirurgie, un service d’échographie et mais également l’offre de service concernant les cas de cataractes qui seront pris en charge sous peu.»

Premier centre de santé de référence dans la région

Avec la fermeture de l’hôpital de Ninéfécha, le centre de Santé de Kédougou est devenu l’uniquecentre  de référence dans la région. Il reçoit des malades de Salémata, de Saraya et  des villages du département de Kédougou. Avec la porosité des frontières, très souvent des citoyens  de la sous-région (Guinée Conakry,  Mali) et d’autres nationalités (basées dans les sites d’orpaillage) y viennent pour se faire soigner.

Le centre de santé doit glisser  vers un hôpital de niveau1

Faute d’hôpital régional à Kédougou, ce centre de santé  qui devrait aujourd’hui  glisser logiquement vers un hôpital de niveau 1est toujours considéré comme tous les autres centres de santé du pays alors que les capacités d’accueil ont réellement augmenté  et la demande reste très forte.

 C’est pourquoi continue-t-il de se mouvoir dans des difficultés dont la solution reste entre les mains du ministère de la santé et de l’action sociale.

Déficit de personnel technique

Le renforcement du personnel technique qualifié du centre de santé de Kédougou est  devenu une urgente nécessité pour bien prendre tous les malades sur place au lieu de les évacuer vers Tambacounda.

L’offre de service a été boostée par la volonté du personnel et l’ensemble des partenaires qui sont au niveau de la région, le personnel ne suit pas .Il y a beaucoup de choses à faire concernant le personnel technique.

Besoin en infirmiers, orthopédiste …

Il reste encore beaucoup à faire au niveau du centre de santé de Kédougou. Un centre de santé comme ça qui glisse progressivement vers un hôpital de niveau 1 doit avoir le maximum d’infirmier. Dans tout ce centre de santé, il n y a que 4 infirmiers qui sont là régulièrement recrutés par l’Etat.

Kédougou est une zone de convergence de toutes les populations. Il y a énormément de risques dans la recherche de cet or et beaucoup d’accidents de la circulation, la moto étant devenue  un luxe pour certains.

« Nous avions contractualisé avec un chirurgien grâce à l’appui de l’ONG WAHA internationale. Ce chirurgien fait des prestations mais ne peut pas pendre toutes les spécialités de cas d’accidentés de la circulation .C’est pourquoi, nous  sommes dans l’obligation de  référer cas vers Tambacounda il nous faut unservice de traumatologie du moins d’un chirurgien orthopédiste et d’un gynécologue» a précisé Docteur Senghor.

 Gynécologue, pédiatre

Il a ajoutera également «Pour la prise en charge de l’enfant et de la femme enceinte, il nous faut un pédiatre et un gynécologue. Le taux de mortalité infanto juvénile au niveau de Kédougou double le taux national. Il est vrai que c’est un médecin chu qui assure quelques césariennes. Aujourd’hui avec la présence d’un  gynécologue engagé au centre de santé de Kédougou, le taux de mortalité maternelle et infanto-juvénile  pourra être revu à la baisse au niveau de la région de Kédougou »

A la suite de cet entretien Docteur Cheikh Sadibou Senghor, nous annonce qu’il a été promu par la hiérarchie comme médecin chef du district de Pikine, l’un des plus grands districts  sanitaires convoités au Sénégal.

Il faut dire que pendant son séjour à Kédougou à la direction du centre de santé, Docteur Senghor  surnommé « l’homme des projets » a travaillé à  satisfaire les besoins des populations par l’amélioration et la diversification de l’offre de service .Il a également mis l’accent sur la communication pour permettre aux populations de s’informer pour accéder facilement à des soins de qualité afin que le  centre  de santé de Kédougou réponde à l’ensemble de la demande des populations. …

Adama Diaby  Kédougou /xibaaru.com 

 

 

Les commentaires sont fermés.