Modern technology gives us many things.

Qui peut sauver le Premier Ministre ?

Abdou mbaye 0Le Premier ministre n’est pas encore tiré d’affaire dans le dossier d’Hissène Habré, selon certains experts. En effet, le PM Abdoul Mbaye, pourrait être poursuivi pour complicité de blanchiment d’argent si le gouvernement tchadien demandait aujourd’hui la restitution de tout l’argent du pays qui a été planqué au Sénégal. Rappelons que le jeudi 13 décembre 1990, Hissène Habré avait déposé 3 milliards CFA à la Banque Internationale pour l’Afrique Occidentale (BIAO) qui venait tout juste d’être restructurée pour devenir la Compagnie Bancaire de l’Afrique Occidentale (CBAO) avec un nouveau DG en la personne de Monsieur Abdoul Mbaye, actuel Premier Ministre du Sénégal.
Car rien ne va plus entre le Président de la République et le Premier Ministre. Le malaise est plus profond qu’on le pense.
Le PM soutient en privé qu’il est combattu par ses adversaires qui ne souhaitent plus le voir conduire l’action gouvernementale parce qu’il risque d’affaiblir le régime de Macky s’il est appelé à comparaître dans les milliards de Habré.
Certaines personnes de son entourage vont même jusqu’à indexer Diagna Ndiaye comme étant un de ceux qui sont investis de la mission de le pousser dehors, au profit d’un autre plus compétent et crédible.
Et maintenant ce n’est plus un mystère que le Chef de l’Etat désir la rupture avec son PM devenu trop encombrant.
Tous les faucons du Palais veulent que le PM quitte son poste dans les plus brefs délais avant le naufrage de l’appareil d’Etat.
Le locataire du 9ème  étage du Building Administratif, n’est pas prêt à se laisser abattre aussi facilement. Il aurait confié à un proche qu’il a misé et gagné en finançant avec ses amis une bonne partie de la campagne de Macky Sall. Il veut une planque à défaut de se faire rembourser la manne financière dépensée pendant la campagne électorale pour le candidat Macky Sall.
Dès lors, un véritable bras de fer est en train de se jouer dans les coulisses de la République.
Une première dans l’histoire politique du Sénégal, un PM réclame son dû parce se sentant plus que jamais sur siège électrique.
Voilà le résultat d’avoir permis à un prêteur usurier d’être PM et de vivre avec son butin malhonnêtement acquis par l’intermédiaire d’un Chef d’Etat qui a vidé toutes les banques et le trésor public de son pays.
Voici une grosse erreur de parcours de l’autorité. L’enquête de moralité s’avère  plus que jamais nécessaire pour la formation du nouveau Gouvernement. Ce PM a totalement perdu la raison et le contrôle. Il s’est même permis d’insulter les journalistes qui ne font qu’informer l’opinion.
Ses propos qui frisent le ridicule, confirment sa trahison faite au monde sportif sénégalais dans le scandale du CIO. Et cet acte doit être puni. « Qui sème le vent récolte la tempête « 

Sidy NIANG/Dakar.xibaaru.com

Les commentaires sont fermés.