Modern technology gives us many things.

Purge au PS : les bannis se rebiffent

Comme nous l’avions déjà annoncé, l’exclusion des Khalifa Sall et Cie du Parti socialiste (PS) est loin de régler définitivement le contentieux qui oppose la direction aux rebelles. En effet, ces derniers ont violemment fustigé le procédé utilisé par Ousmane Tanor Dieng et ses affidés pour les mettre à la porte. “Cette décision grotesque traduit la lâcheté de ses auteurs qui n’ont jamais osé convoquer les responsables incriminés devant la Commission de discipline du parti, ni les convoquer en réunion du Bureau politique dont ils sont membres”, dénoncent-ils dans un communiqué rendu public.

Ce qui est sûr, au lieu d’entamer leur soutien à Khalifa Sall, cette décision a conforté Barthélemy Dias, Idrissa Diallo, Aminata Diallo, Moussa Taye, entres autres, de la nécessité d’opposer la force de leurs “convictions socialistes au positionnement opportuniste de cette bande de félons et à rester mobilisés pour mener et gagner le combat pour la dignité, la crédibilité et l’avenir du Parti Socialiste”.

“Cette décision, qui confirme les dérives totalitaires dénoncées à maintes reprises et qui correspond en vérité à une purge digne de l’époque sombre du stalinisme, est la dernière dans la longue série des actes de félonie d’une bande d’opportunistes décidés à enfermer le Parti Socialiste dans une voie qui ne correspond ni à son histoire ni à son avenir”, martèlent-ils plus virulents que jamais. Comme le maire de la Médina, Bamba Fall, qui avait réagi à chaud à leur exclusion, le maire de Dalifort, Idrissa Diallo, se considère toujours membre du PS.

Les commentaires sont fermés.