Modern technology gives us many things.

Présidentielle 2019 : Idrissa Seck a le vent en poupe

Le président du Rewmi poursuit sa tournée à l’intérieur du pays. Idrissa Seck s’est montré ces derniers temps très proches des populations. Certainement pour gommer l’image de l’homme distant, habitué de l’hôtel Saint-James de Paris, qu’on lui colle à la peau. Et pour cela, il n’a pas hésité à emprunter la stratégie payante du candidat Macky Sall en 2012.

Les élections législatives étant derrière nous, l’ancien Premier ministre de Wade a pris ses responsabilités en se préparant pour la Présidentielle de 2019. Ainsi donc, il gagne des points auprès des Sénégalais et même auprès de ses camarades politiciens comme Bamba Fall ou encore Aliou Sow qui n’exclut pas de s’allier avec lui.

Toutefois, les contextes ne sont pas les mêmes. En 2012, la plupart des chefs de parti étaient restés à la Place de l’Obélisque pour protester contre la candidature de Me Abdoulaye Wade. Seul le candidat Macky Sall et le PDS avait investi le Sénégal des profondeurs. Or actuellement, beaucoup de leaders politiques ont entamé des tournées dans les régions. Le contexte politique demande d’autres approches pour convaincre les populations.

En effet, les Sénégalais gagnent en maturité d’année en année. Il faut donc savoir exactement ce qui les intéressent pour pouvoir répondre à leurs attentes. Aujourd’hui, les Sénégalais veulent des dirigeants intègres, une gouvernance centrée sur les intérêts du peuple, une justice totalement indépendante, des politiques sociales efficientes. Bref, des gouvernants qui mettent en avant les intérêts de la Nation, des hommes politiques qui ne soient pas des arrivistes, qui mesurent la lourdeur de la tâche qui leur est confiée, qui ne profitent pas des deniers publics pour s’offrir une vie de pachas et qui sachent l’importance de la reddition des comptes.

2 commentaires
  1. Prince dit

    Voilà un pm en l’occurrence M Boune D, le plus nul de l’histoire du Sénégal, toi tu es mal placé pour savoir si l cmu est bénéfique ou pas, ns qui faisons la queue au sein des hôpitaux, nous savons pertinemment que idrissa seck á raison de dire que ces des slogans creux á l’image de macky Sall,a Rufisque les enfants de moins de 5ans payent l’intégralité pour être soigné. Cessez vos mensonges bande de nullard

  2. Mayday dit

    A L’ATTENTION DES INTELLECTRAITRES (ALPHABETISES EN FRANÇAIS ) QUI VOULAIENT NOUS CONVAINCRE DU CONTRAIRE ; l’AVEU EST LA MERE DES PREUVES ;
    Voici la preuve claire que la rencontre de dakar pour l’éducatuio n’est rien d’autre que combattre l’islam

    Macron et l’Éducation au Sénégal : Le commentaire d’un chroniqueur franco-américain sur CNEWS irrite les salafistes sénégalais

    L’une des étapes les plus importantes de la visite d’Emmanuel Macron au Sénégal, c’est le sommet dédié au partenariat mondial pour l’Education accueilli par le centre international de conférence Abdou Diouf (CICAD). Rencontre qui a suscité beaucoup de commentaires eu égard à la participation de la star américaine d’origine barbadienne, nommons Rihanna.
    Pour le Collectif non à la franc-maçonnerie et à l’homosexualité, la chanteuse est porteuse d’un projet aux fins de dévier la jeunesse sénégalaise, à travers l’éducation.
    Si la chanteuse et le président français ne sont pas passés aux aveux, ça semble être le cas avec un chroniqueur franco-américain qui travaille à la chaine française CNEWS (ex I-TÉLÉ) dont une équipe a accompagné Emmanuel Macron.
    Harold Hyman puisqu’il s’agit de lui, croit savoir qu’il y a un “calcul” derrière cette mobilisation mondiale en faveur de l’éducation dans les pays en voie de développement. “Si la jeunesse africaine et surtout en zone musulmane est laissée à elle même – le Sénégal un pays de 9/10 musulman -, ça va être des madrasas (écoles coraniques) financées par des fonds saoudiens qui vont éduquer les jeunes. Et il ne faut pas que ça arrive. Si ça arrivait, on aurait une espèce d’Afghanistan ou quelque chose du genre et on ne veut pas ça”, a expliqué le chroniqueur américain. Ce qui a eu le don d’irriter les salafistes sénégalais sur le web. La vidéo est largement partagée par ces sunnites pour qui, l’objectif du président français est de combattre l’enseignement coranique au Sénégal.
    Rappelons que la contribution de la France au Partenariat mondial pour l’éducation est passé de 17 à 200 millions d’euros. “Si cet investissement n’est pas fait, cette jeunesse deviendra le problème de demain (…) avec des risques de bascule vers l’obscurantisme ou la violence”, s’est justifié le président français à Dakar.

    RAPPEL DES OBJECTIFS DE LA LAÎCITE : Naufrage de la foi
    Pour découvrir la vérité, il faut aller plus loin que ces rodomontades de tribune, bien sûr.
    Pénétrons plus en avant dans la pensée profonde et secrète de certains hommes politiques de ce temps.
    C’est l’inspecteur Dequaire Grobel qui déclare en 1896 : « le but de l’école laïque n’est pas d’apprendre à lire, à écrire et à compter, c’est de faire des libres-penseurs.
    L’école laïque n’aura porté ses fruits que si l’enfant est détaché du dogme, s’il a renié la foi de ses pères.
    L’école laïque est un moule où l’on jette un fils chrétien et d’où s’échappe un renégat. »
    C’est Jules Ferry écrivant ! « Nous voulons organiser l’humanité sans Dieu. »

    Messieurs du Collectif non à la franc-maçonnerie et à l’homosexualité, vous avez fait honneur à la oumah sénégalaise. Qu’Allah, SWT, agrée votre action.

Les commentaires sont fermés.