Modern technology gives us many things.

Politique : Quand l’Apr implose dans un ‘’Macky’’ du Benno qui explose !

benno 4Lorsqu’en 2010, des Sénégalais ont enfin osé infliger le « Sopi » au « pape du Sopi », en l’occurrence Abdoulaye Wade, pour le booter hors du pouvoir, parce que y’en avait marre de lui, et mettre à sa place un Macky ‘’Niangal’’, tout le monde, ou du moins, une certaine frange de la société sénégalaise, « trop pressée, fatiguée, exagérément assoiffée de restauration de l’Etat et des Institutions » avait crié victoire : des politiques, des femmes et hommes politiques, une certaine société civile, des patrons de presse, des jeunes y’en a maristes, qui adulaient même « Mame Wade » et une certaine macédoine de coalition fameusement dénommé Benno bokk yakaar qui est en train d’agoniser, d’imploser et d’exploser inévitablement parce qu’en politique, il n’y a pas place pour un « uni-formisme » à durée indéterminée au tour, notamment d’un seul credo, à savoir « vociférer » pour « faire partir Wade et sont régime ! »

 Un pouvoir constitué d’un « parti bébé » pour ne pas dire qui vient de naître, à l’instar de l’Alliance pour la République (Apr) et qui s’entoure de vieux dinosaures aguerris de la chose politique, un tel pourvoir sans opposition radicale à côté pour le recadrer finit toujours par se casser, parce que, non seulement les intérêts partisanes finissent toujours par prendre le dessus, quand bien même qu’on veuille accorder le primat à la patrie avant le parti, mais finit également par passer à côté de bonnes idées comme celles des Assises qui peinent encore et encore à être mise en œuvre par celles-là et ceux-là même qui les avaient accouchées et qui sont dans l’attelage gouvernemental. Et ce n’est pas un Abc (Alioune Badara Cissé) qui nous dira le contraire ! Lui à qui le monde de l’Apr appartiendrait parce qu’il se lève tôt…

Et pourtant, à y voire de prêt avec des lunettes et une grille d’herméneutique lucide, l’on se rendait compte que Pabi réalisé na ay chantier ak ay projets you baré ! « Gni fi nèk, ba légui, ken guissagoul lougnou fi dèf ! Traque des biens mal acquis et accusation sans rien prouver jusqu’à présent », tonne ce taximan dakarois qui se lamente de ne plus être à mesure de verser quotidiennement ses 10 000 FCfa à son patron, parce que les gens n’ont plus d’argent pour se taper un taxi. « Pabi mo sout fouf ga you Macky », a-t-il lancé avec un brin de nostalgie de « Gorgui dolignou ! »

Mais nak, comme le dirait l’autre sage : « Lou eupeu tourou ! » « Le ‘’Vieux’’  a coût que coûte voulu imposer son fils biologique Karim », a lancé ce jeune commerçant dakarois qui avoue peiner à joindre les deux bouts et regrette le départ de « Pabi » parce qu’il n’a plus d’argent et les gens n’ont plus d’argent pour acheter ses marchandises.

A la question de savoir si Macky doit continuer à régner, beaucoup vous répondent, « bèn manda doyna seukh, pour mom. Deukeubi dokhatoul ! » « Non seulement l’argent ne circule plus, mais personne n’ose afficher même un million pour investir dans un projet parce qu’on te demandera où est-ce que tu les as pris. Et même j’ai perdu des bailleurs parce que le système du régime de Macky exagère avec sa traque de bien mal acquis qui fait même fuir les investisseurs », lance ce jeune sénégalais qui peine à poursuivre son projet qu’il a lancé, en toute espoir d’un lendemain meilleur à l’élection de Macky. « Hooo, vous les Sénégalais là, vous voulez toujours montrer que vous êtes plus saints que les autres, où est ce pays où il n’y a pas d’argent salle au monde ? », ironise cet étranger vivant au Sénégal depuis plus de quinze ans…

Pour revenir effectivement à cette élection -de Macky ‘’Gnagal’’-, qui a fait crier victoire, au lendemain de son choix, un patron de la presse, très connu pour « sa loquacité de pression » et d’aucun diront même « pour sa perspicacité de chantage » envers un régime en place, avait claqué sa langue pour dire très tôt que « le choix de Macky, n’était pas le bon et qu’il n’était pas l’homme de la situation, et que les Sénégalais avaient commis un erreur de le porter au pouvoir, ce patron avait été sommé de la boucler ou de claquer, sept fois, sa langue avant de parler… L’histoire même prématurée d’un bilan de Macky Sall ne serait-elle pas en train de lui donner raison. Car Benno moungui tassarou tè di tass yakar Sénégalais yi !

A la question de savoir qui, pour remplacer Macky ? Alors là, c’est sans état d’âme que l’on vous répondra : « politiciens yi, kèn geumoul dara ! » « Gnou fi dan khass pabi, nopina gnou ! » « Idy pouvait diriger, mais il a perdu de sa crédibilité parce que guemoul bopam face à Pabi. S’il avait fait comme Macky, il serait au pouvoir… » « Khana gnou Bayi Karim mou gnow dirigé, parce que jusqu’à présent, rien n’est prouvé et lui est généreux comme son père…»

En espérant un « Benno pour faire faire circuler l’argent, faire revenir les investisseurs, redonner un véritable espoir et une raison de changement ; rassurez, s’il vous plait, les Sénégalais sur la destination et la direction que suis la pirogue sénégalaise !    A vous de jouer Maky, Mimi et son gouvernement et Benno bokk wala tass yakaar…

En attendant, un certain Pa Wade est certainement en train de se dire : « Le sage a toujours cette consolation qu’il est éternel, car si son siècle lui est ingrat, les siècles suivant lui font justice. » Un partisan du mouvement de soutien à Karim a chanté : « Guorgi na dèm, na dèma dèma dèm ! Dom bi na gneuw, na gneuwa gneuwa gneuw ! »

Balthazar xibaaru.com

Les commentaires sont fermés.