idy sérieuxxibaaru.com – Le partie de Idrissa Seck vient de quitter l’alliance « Benno Book Yaakaar » ont titré ce jour tous les organes de presses du Sénégal. Pourtant, à voir de plus près, Idrissa Seck ne s’est jamais allié avec BBY pour la simple raison qu’il ne peut s’allier avec personne. On ne peut s’allier si nous avons des objectifs différents, si nous empruntons des chemins différents. Au regard de tous les évènements qui ont jalonné le parcours politique de Seck, l’on doit pouvoir se faire une idée sur l’homme Idrissa Seck. 

Dans son mémoire de DEA parlant d’Idrissa Seck, Mamadou THIAM, Maître de Conférence en Science du Langage, présente le secrétaire général de « Rewmi » comme suit : « Monsieur Idrissa Seck avait, jusqu’à sa nomination comme Premier ministre en novembre 2003, un éthos qui renvoyait à deux axes principaux. L’un, positif, faisait de lui le fidèle poulain du Chef de l’Etat, qu’il n’a jamais trahi et qui a mis son savoir-faire et son génie politique et intellectuel à la disposition du Pds pour son accession au pouvoir. L’autre, renvoie à l’homme pressé, imbu de sa personne, à la limite de la suffisance et de l’arrogance, qui n’hésite pas à exclure ou à marginaliser ses détracteurs et qui affiche un goût immodéré du pouvoir»

idy wade vivianeIdrissa Seck n’a jamais trahi Wade en ces temps-là,  pour la simple raison qu’il n’en avait pas besoin. Idrissa Seck, contrairement à ceux que beaucoup de gens pensent, ne travaillait pas pour Wade mais pour lui-même. Il a réussi à écarter dans le PDS, tous ceux qui pouvaient lui porter ombrage pour, en fin de compte devenir indispensable aux yeux du pater et enfin être le N°2 du parti. Il savait ce qu’il fallait faire et aurait tout fait pour qu’après Wade, il puisse atteindre son objectif,  être président du Sénégal. Hélas, il lui fallait faire face à une  nouvelle donne, non prise en compte dans ses calculs, l’avènement de Karim Wade et son aura grandissant qui avait fini par le reléguer à son poste de ministre corvéable et « limogeable » à souhait. Non Idrissa ne voulait et ne voudra jamais avoir à faire à un second couteau, qui plus, constitue un danger sur le chemin qui le mène vers son unique objectif. C’était Lui où Karim. Mal lui en pris et ce fut le clash avec le Président Wade et son incarcération à Rebeuss.

idy oumar gueye 1Dans son propre parti, l’on constate que les responsables de la première heure ont migré vers d’autres partis. Pape Diouf et Oumar Gueye ont gelé leurs activités. Mais là où le bât blesse, c’est qu’une frange importante du parti commence à ruer dans les brancards et c’est le cas du Mouvement Taxaw And Liguey Thiès « Motali ». Dans une sortie dans les média, il s’insurge sur la gestion du parti : « Depuis la création du parti REWMI, en passant par l’initiative IDY 2006 jusqu’à nos jours, voilà presque une décennie que nous sommes engagés avec conviction auprès d’un homme. […] L’acceptation de la volonté divine nous a conduits à avaliser et à défendre urbi et orbi les errements du premier magistrat de Thiès. Pourtant, nombreux lui ont fait part de stratégies et d’idées pouvant lui octroyer un score digne de son rang. Sa suffisance ajoutée à la non-structuration du parti, lui ont valu 7 % de suffrages exprimés en sa faveur. Or, nous n’avons cessé de dénoncer la gestion solitaire du parti. Non seulement nous avons alerté ; mais aussi et surtout, nous avons animé le parti en montrant la bonne voie ». 

macky idy 2Les alliances que noue Monsieur Seck sont souvent contextuelles et utiles pour lui. L’envie de bouter Wade du pouvoir mais aussi la volonté  des sénégalais d’apporter de grand changements dans la gestion du pays en mars 2012, l’ont poussé à intégrer BBY. En ce moment-là, soit on était avec le peuple ou on était contre. Idrissa ne pouvait se permettre de se mettre sur le dos une forte majorité des sénégalais. Les observateurs avaient d’ailleurs noté un peu d’hésitations quand il fallait exprimer haut et fort son soutien à Macky qui était arrivé au second tour.

Maintenant que nous nous acheminons vers les locales et que 2017 n’est plus loin, il est temps de s’occuper de la réorganisation et de la mobilisation de son parti. Ne déviant jamais de son chemin, Idrissa Seck, contrairement à certains alliés de BBY qui décident ensemble le jour pour aller, la nuit tombée, battre campagne pour leur parti,  préfère quitter. En fin calculateur, « Idy » sait plus que quiconque, que c’est maintenant ou jamais.

Liondi.xibaaru.com

PARTAGER