eau 2A cause cette pénurie d’eau qui sévit actuellement dans le pays, les sénégalais sont très remontés contre le régime, la SDE et  SONES. Cette situation recule le Sénégalais de plusieurs décennies. Jamais dans l’histoire politique, culturelle ou économique, un tel fait a autant marqué le vécu des populations.
Dakar est loin de sortir la tête de l’eau, car tant que le tuyau commandé en France n’est pas livré, branché et fonctionne normalement, tout peut arriver. Nul n’ignore que  » ndokh dou bayi yonam  » (l’eau n’abandonne jamais son chemin).

L’équipe de xibaaru a fait un tour dans les artères de la capitale. Et les sénégalais ont exprimé leur ras-le-bol par des mots très durs et de nouveau slogans pour qualifier leur situation désespérée :
« Deukeubi Daffa Mar  » (le pays a soif) ce nouveau slogan est en vogue depuis que la capitale sénégalaise est privée d’eau.
 » Deuk bi nanagoule ba mandi  » (le pays n’a pas bu à sa soif)

Reportage

1/ Mme Nafissatou Ndiaye

eau taxiNous quittons Nord Foire pour aller chercher de l’eau à la Foire (CICES) en taxi et payons tous les jours 5000 CFA pour le transport. Depuis cinq jours nous prenons une charrette.

2/ Mlle Khoudia Thiaw Ouest Foire

Nous allons chercher de l’eau à Yoff où les jeunes ont creusé des puits au bord de la mer et nous avons de l’eau douce, mais le calvaire, ce sont les bassines que nous portons sur la tête pour acheminer l’eau dans les maisons. Nous sommes obligées de traverser la route de l’aéroport en arpentant le pont qui sépare les deux quartiers.

3/ Demba Gueye, laveur de Voitures sur la VDN.

Les charrettes nous vendent des bidons d’eau à 500 francs alors que le client nous paye 500 francs. Nous travaillons pour garder notre clientèle mais on ne gagne rien depuis que l’eau manque.
Nous travaillons à perte quand nous lavons une grosse voiture ou un camion.

4/ Mme Nabou Doucouré, femme au foyer habitant les Parcelles Assainies

eau pontNous quittons les Parcelles Assainies, traversons le pont de l’autoroute de la Patte d’oie pour aller chercher de l’eau dans le jardin des HLM Patte d’oie

5/ Mlle F.S infirmière dans le centre-ville de Dakar

Les malades viennent se faire soigner en amenant leurs bouteilles d’eau.
Nos toilettes ne sont pas utilisables depuis 15 jours et ce n’est pas normal.

6/  Moussa Ndiaye au Point-E

Mon soucis c’était le calvaire que vivait les couches défavorisées de la population. L’Etat, la SDE et la SONES  ont-ils pensé aux handicapés moteurs, physiques et mentaux, les mendiants et aveugles pendant ces 20 jours de pénurie d’eau ?

7/ Mr Mor Diop de Fass Delorme

 » Kou fébar do fadiou, Liguéye amoul, Khalis amoul, courant amoul, oubité classe yi gneuwna, Tabaski yek sina, Ndokh amoul  »
C’est mon fils immigré en Italie qui a envoyé à la famille de l’argent pour acheter de l’eau.
 » Gouvernement bi na kholate bopam dakh té Kou gneupe touff li gua toye  »

8/ Mr Assane Diouf rencontré sur la Place de l’Indépendance

Je travaille en ville. Je m’approvisionne en eau tous les jours à mon bureau qui se trouve au 3ème étage. C’est infernal. Les politiciens doivent revoir leur copie. Dans les domaines stratégiques tels que l’électricité, l’eau, le riz, le carburant, le sucre, l’huile, l’état doit toujours avoir des plans alternatifs. Le pouvoir doit éviter les grands débats  qui ennuient et s’atteler à promouvoir les actions qui changent le quotidien des populations. Gouverner c’est prévoir mais c’est aussi préparer le futur pour les générations à venir.

9/  Papis, vendeur de journaux sur la route de Ouakam

 » Tok na gniéti fane yo kham ni sangou ouma.

10/ Gallo Lam, marchand ambulant au feu rouge du lycée Blaise Diagne

 » Niakoum dokh mi sonale nagnou. Dagno rote ba ama tougnou lokho. Wa SDE amougnou fouleu té mounougnou liguéye ”

Sidy Niang/Dakar.xibaaru.com

PARTAGER