Eau une 1Depuis plus de deux semaines, Dakar et les banlieues sont sous les eaux et sans eau, c’est-à-dire entre inondations et pénurie d’eau. Les rares endroits qui alimentaient la capitale et ses environs en liquide précieux ont été sevrés.
Plus une goutte d’eau ne coule des robinets, ne sorte des puits et des bornes fontaines. Les populations se contentent des eaux de pluies stagnantes et des Niayes pour alimenter leurs foyers en eau. Des épidémies et maladies telles que la gale (waga), conjonctivite (appolo), maux de ventre, maux de gorges, diarrhées et vomissements ont fait leur apparitions et se propagent à une grande vitesse.
Pendant ce temps, l’autorité au lieu de leur venir en aide par l’intermédiaire du Ministère de la Santé, a choisi la stratégie de la menace.
Déclarations et longs discours creux et ennuyeux que le peuple trouve désolants. L’heure est à l’action. Les populations ont gravement soif et sont tellement sales qu’elles  ne voient et n’entendent plus.
Les habitants de Dakar et environs sont assoiffés, déprimés et déçus.
Depuis plus de quinze jours, ils ne savent plus où donner de la tête. Les autorités compétentes semblent être débordées et se trouvent dans l’incapacité de donner une explication claire aux citoyens.
manif feuLes manifestations vont à une vitesse incalculable et gagnent du terrain et pendant ce temps, ça parle, ça tâtonne et ça cafouille.
Les populations se bousculent comme des  » yambe thi thiaya  » (abeilles dans un pantalon bouffon). C’est le sauve-qui-peut partout pour trouver de l’eau pour les besoins de la famille.
Pour faire baisser la tension et les ardeurs, il faut avoir un dialogue franc avec le peuple afin de renouer le contrat de confiance et de fidélité. Pour réussir cette mission, le pouvoir doit savoir que le peuple  » dou dieunde diane thi paht  » (n’achète pas un serpent au fond de son trou)
Les sénégalais sont des croyants, des gens très dignes dans leur majorité, c’est la seule et unique raison qui les font ‘patienter’ tout en se disant que le pouvoir allait leur venir en aide. Mais ils ont été déçus une fois de plus et les voilà qui commencent à descendre dans la rue pour manifester leur colère. Malheureusement, tout ceci aurait pu être évité si on leur avait dit toute la vérité, rien que la vérité depuis le début.
Se cacher derrière des tuyaux défectueux pour justifier les carences récurrentes de la SDE, ne tient plus la route.
Des réflexions données par deux citoyens rencontrés dans la rue méritent d’être étudiées. L’un dit : ‘’le peuple réclame de l’eau rien que de l’eau sinon vous rendez le tablier’’. Tandis que l’autre déclare : ‘’les populations exigent le liquide précieux rien que le liquide précieux ou vous dégagez’’.
Et dire que le calvaire et le mécontentement des populations contre le pouvoir actuel profite à l’opposition.
Le peuple refuse aujourd’hui d’être l’otage d’une bande d’opportunistes et d’incapables qui ne savent rien faire d’autre que s’enrichir et jouir de leurs postes. La plupart d’entre eux ont été vomis par le peuple mais malheureusement recyclés par le nouveau régime.
mimi sac 1Le Chef de l’Etat a écourté son voyage pour mettre un terme au naufrage.
Vivement qu’il réussisse.
Macky qui disait il y a à peine une semaine à ses adversaires :  » Ne provoquez pas un lion qui dort « , semble aujourd’hui apprendre cette sagesse à ses dépens.
Ne devrait-il pas aujourd’hui dire « méfiez-vous d’un peuple qui dort « ?
Les jeunes de Yoff, Mamelles, Dieuppeul, Castors, Guédiawaye, Boune, Yeumbeul, Parcelles Assainies, Nord Foire, Niarry Tally et Rufisque ont exprimé vigoureusement leur ras-le-bol.
Des quartiers réputés calmes et habitués au comportement citoyen ont aussi exprimé leur colère comme partout ailleurs par la violence. Les choses commencent à devenir alarmantes. Dieuppeul, Derklé, sont entrés dans la danse pour dénoncer vigoureusement la pénurie d’eau et de l’électricité qui a totalement disparu.
Ils barrent les routes, bloquent les voies et artères de la capitale. Des gendarmes armés jusqu’aux dents, sont intervenus pour mettre fin à ces mouvements d’humeur.
Mais à leur grande surprise, ils ont trouvé une population prête à en découdre et décidée à ne céder aucun centimètre de terrain.
eau 7Des embouteillages monstres se sont formés sur différents axes, ponctués par des échanges de grenades lacrymogènes et de jets de pierre.
Les hôteliers dakarois, même si leur souffrance n’est pas aussi visible que celui des ménages, n’en vivent moins un calvaire.
Certains qui ont des réserves craignent le pire dans les jours à venir.
Pourtant contrairement à la population, ils ne peuvent pas crier sous tous les toits de peur de décourager la petite clientèle qui leur reste. Mais force est de reconnaitre que c’est la hantise pour eux car ils utilisent une quantité énorme du liquide précieux tous les jours.
L’université résiste encore et tire  actuellement la sonnette d’alarme car ses réserves s’épuisent une à une.
Il ne faut surtout pas priver les étudiants du liquide précieux car nul n’ignore de quoi ils sont capables ; ce serait jeter de l’huile sur le feu.
Le mal est vraiment très profond et l’atmosphère est invivable !!!
Sidy Niang/Dakar.xibaaru.com

PARTAGER