Modern technology gives us many things.

PDS : Aïda Gaye claque la porte, Wade est-il en train de perdre Touba ?

La colère gronde au Parti démocratique sénégalais. Des hauts responsables qui estimaient devoir être sur les listes auraient été oubliés pendant que d’autres ont tout simplement été gommés. Une situation qui met les libéraux dans une situation qui n’est guère confortable. A Touba, c’est la responsable des femmes, Aïda Gaye, qui vient de claquer la porte. Motif ? Elle a été inscrite à la 39e position. Autant dire qu’elle n’aurait pas été députée même si la coalition gagnante Wattu Senegaal obtenait la majorité.

« J’ai compris qu’ils veulent me museler. J’ai ainsi pris la décision de vider les lieux et d’adopter une posture différente de celle que j’avais initialement. J’ai eu vent des manipulations au niveau de la liste. J’ai vécu des misères dans le Pds. J’ai tout donné à ce parti. Je me suis débrouillée avec mes propres moyens pour inscrire mes militants sur les listes électorales. Je me suis débrouillée sur fonds propres pendant toutes ces années pour les fidéliser malgré la traversée du désert consécutive à la perte du pouvoir. Je refuse de les jeter en pâture ! », a-t-elle dit.

Il faut noter qu’elle n’est pas la seule frustrée suite à la publication des listes. L’ancien ambassadeur Cheikh Sadibou Fall a décidé avant-hier de geler ses activités dans le PDS pendant que Habib Sy et ses partisans estiment avoir été poignardés dans le dos. « Nous nous sommes réunis en assemblée générale et presque à l’unanimité, nous avions choisi Me Adama Fall, qui est un militant du parti, qui est connu dans le parti, et dans le département. Mais à notre grande surprise, la direction du parti a changé la tête de liste qui était majoritairement et démocratiquement choisi, en mettant à sa place un militant inconnu, simplement parce qu’il est l’ami d’Oumar Sarr. Nous considérons cela comme un acte de trahison », fulminent-ils.

Même s’ils n’ont encore rien décidé quant à leur avenir au sein de la formation libérale, ce qui reste constant, c’est que c’est le maire de Dagana qui est accusé à chaque fois de faire dans le copinage. Le principal concerné, Oumar Sarr, n’a pas n’a pas encore réagi à ces allégations. En attendant, le parti part en lambeaux. Aïda Mbodj réussira-t-elle à faire pencher la balance ?

Les commentaires sont fermés.