Modern technology gives us many things.

Parrainage : Macky accumule des signatures…L’opposition dans les travers

Le projet de loi introduisant le système du parrainage a été adoptée, le 19 avril, par la majorité de l’Assemblée nationale. L’opposition, qui avait boycotté le vote, ne s’avoue pourtant pas vaincue. Elle a décidé d’attaquer la loi au niveau de la Communauté des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Toutefois, il est fort à craindre que cette décision ne soit pure perte de temps puisque l’instance sous-régionale a l’habitude de se déclarer incompétente à statuer sur les plaintes déposées sur sa table.

Pendant ce temps, le pouvoir est en train de récolter des signatures pour le chef de l’Etat Macky Sall alors que la loi n’a même pas encore été promulguée. L’opposition, même si elle n’est pas d’accord sur l’introduction du parrainage pour avoir voté contre, devrait se prémunir en cherchant également des signatures. Le Sénégal étant un pays souverain, et le projet de loi sur le parrainage, certes controversée, votée à l’Hémicycle, il y a peu de chance que leurs recours auprès des juridictions internationales aboutissent.

Il ne faudrait pas que certains leaders de l’opposition commettent encore la même erreur qu’en 2012 lorsqu’il s’est agit de lutter contre la candidature du Président Me Abdoulaye Wade pour un troisième mandat. En effet, beaucoup de responsables avaient élu domicile à la Place de l’Obélisque, malgré le verdict du Conseil constitutionnel qui donnait Wade partant pour la course à la Présidentielle, au lieu d’aller battre campagne. Au final, c’est le seul candidat qui avait pris l’option d’aller vers les populations qui a eu raison du pape du Sopi. Aussi, l’opposition serait-elle bien inspirée si elle collectait des signatures en même temps qu’elle continue la lutte.

1 commentaire
  1. Mayday dit

    Le Talon d’Achille du Macky
    Cissé Lö en voulant justifier sa démission, a, en même temps, renseigné sur l’état du Macky :
    « un manque d’organisation, de structure autour du parti , et un laisser-aller qui n’honore pas le parti qui a porté Macky Sall jusqu’au palais »
    Combien de fois leur mentor a sifflé la fin de la récréation en vain ?
    Où sont les dirigeants de la première heure du Macky ? Ils ont baissé les bras ou ont été écartés.
    Alioune Badara Cissé ’avait conseillé à Macky de confier la direction du parti afin de s’occuper des affaires du pays ?
    Macky confia l’administration de l’Apr à Papa Mael Thiam, personne sans charisme ni backgroud politique.
    Des alliés, il ne reste que des coquilles vides (réduits à leurs dirigeants désavoués par leur base : Tanor et Niasse)
    Le syndrome Abdou Diouf apparait avec les mouvements de soutiens, les fameuses COSAPAD, CONGRISAPAD, PADAKO ? BOUKOPAD etc..)
    De nouvelles figures, inconnues au bataillon, apparaissent sur les plateaux de TV après la disparation ‘’ des CD raillés’’ de Mimi Touré laminés partout et qui ont fini par s’éclipser.
    (une nouvelle version de répondeurs automatiques reprend du service avec la réhabilitation de Mimi Touré, rien que des insulteurs incultes et grossiers)
    Examinons-le ‘Cinq majeur’ du Macky’ pour son directoire de campagne :
    – Bou Abdallah, Mimi, Mbaye Ndiaye , Youm et Hamidou Kassé
    Quelle indigence en ressources humaines ?
    Quelqu’un reconnaissait que l’APR était composée en majeur de la gangrène du PDS.
    Pour Saliou Dione ,Consultant international:
    « Il n’y a pas un meilleur signal du leadership que le choix de l’entourage. Qu’ils soient arrivés là soit par cooptation ou par attirance, ceux qui entourent le politique nous renseigne beaucoup sur sa vision du leadership »
    Voilà pourquoi Macky recours systématiquement à la force publique pour des problèmes politiques qui appellent des réponses politiques.
    Sa fuite en France, lors du vote de la loi sur le parrainage en est la parfaite illustration.
    Il sait mieux que quiconque le degré de son impopularité. Il ne lui reste que le tripatouillage et le passage en force quel qu’en soit le prix.
    Il doit faire attention à la charge de rupture. 48H avant d’être débarqué, Comparoré bandait encore les muscles, mais tout est allait très vite.
    Comme quoi, le dernier mot appartient au PEUPLE.

Les commentaires sont fermés.