Modern technology gives us many things.

Parrainage : qui pour désamorcer la bombe ?

Jeudi prochain, l’Assemblée nationale examinera le projet de loi sur le parrainage. Mais, l’opposition reste ferme. Il est hors de question, selon elle, que cette loi passe comme lettre à la poste avec la majorité mécanique qui y siège. De son côté, le pouvoir ne compte pas reculer d’un iota. D’ailleurs, toute cette semaine, le chef de l’Etat a tenu des entrevues avec ses partisans. Certainement pour peaufiner la marche à suivre une fois au parlement.

On peut donc s’attendre à un 19 avril de tous les dangers. En effet, de partout, l’alerte est sonnée. L’opposition, le M23, « Y en a marre » et leurs affidés sont en ordre de bataille. Ils comptent assaillir l’hémicycle pour barrer la route au Président Macky Sall accusé d’abus de pouvoir. Tous ceux qui craignent d’être recalés avec le parrainage se donnent rendez-vous à l’Assemblée nationale comme lors du 23 juin 2011.

Dans ce rapport de force, aucune des deux parties n’est disposée à dialoguer. Les guides religieux sont interpellés, mais ils semblent avoir pris l’option de rester loin des querelles politiques. Mais alors, vers qui se tourner pour éviter un affrontement qui risque d’être fatal à tout le monde ? En effet, si le régime fait du forcing, l’opposition va riposter avec les moyens dont ils disposent. Mais, les forces de l’ordre ne laisseront pas s’installer le désordre. Ce qui va inévitablement donner lieu à des affrontements et des arrestations.

 

1 commentaire
  1. Mayday dit

    «  »Ce régime a réellement quelque chose de particulier, un rapport affectif avec l’impertinence. Ce mépris récurrent vis-à-vis de nos institutions et des valeurs républicaines. Avec autant de ministres et autres conseillers en communication, l’incompétence n’est plus une excuse recevable. L’amateurisme a aussi ses limites. Le forcing politique ne peut engendrer face à un peuple déterminé à préserver ses acquis démocratiques, qu’une réponse de la rue. La confrontation devient alors inévitable à ce niveau ; aucune forfaiture ne serait acceptable à moins de se résigner au suicide collectif. On a beau nous raconter des sornettes, à travers des discours fallacieux, trop souvent soporifiques… puisque la parole est complètement libérée avec les réseaux sociaux, mais le peuple sénégalais est tout sauf soumis. À tous ces <> belliqueux qui viennent de sortir du coma, un peu de respect pour les autres. » »
    [Bocar Gueye]

Les commentaires sont fermés.