Modern technology gives us many things.

Parrainage : le 23 juin bis n’a pas eu lieu…

La loi controversée sur le parrainage a été adoptée, hier, par la majorité après le boycott de la séance par l’opposition qui réclamait l’ouverture des débats. Ainsi donc, les leaders politiques qui souhaiteraient candidater à la magistrature suprême devront récolter au moins 0,8% des inscrits sur le fichier électoral, soit 52 000 signatures par candidat.

Si tout le monde s’attendait à cette issue au regard de la configuration de l’Assemblée nationale, le programme de la journée tel que planifié par l’opposition ne s’est pas déroulé comme prévu. En effet, des leaders de l’opposition tels que Idrissa Seck du Rewmi, Malick Gakou du Grand parti, Thierno Bocoum du mouvement AGIR, entre autres, ont été arrêtés dès les premières heures de la journée. Abdoul Mbaye de l’Alliance pour la citoyenneté (ACT) a été sauvé d’une arrestation par ses gardes du corps. Un des membres de “Y en a marre”, Kilifeu, a également été appréhendé. Les manifestants ont été dispersés à coups de grenades lacrymogène. Le centre-ville de Dakar quadrillé.

Pour le reste, c’était le calme plat dans le reste de la capitale. Les populations ont vaqué tranquillement à leurs occupations. La même situation a été observée dans les régions. Les tentatives de manifestation ont été vite maîtrisées avec des arrestations à la clé. Un 19 avril 2018 très différent du 23 juin 2011 malgré les nombreux appels à la mobilisation sur les réseaux sociaux. L’opposition amputée de ses leaders n’a pas réussi son pari. Mais elle ne compte pas baisser les bras. Le mot d’ordre reste le même : la lutte continue pour faire face au régime de Macky Sall.

1 commentaire
  1. Mayday dit

    C’est insulter le peuple que de dire que l’opposition a échoué , vous manquez de probité intellectuelle , lisez ce qu’un de vos confrères a écrit;
    “”Pendant que les députés examinaient le projet de loi instaurant le parrainage, ça chauffait dans les rues de Dakar. Des manifestants ont occupé différents endroits stratégiques de la capitale pour dire leur opposition à la réforme constitutionnelle qui sera adoptée par l’Assemblée nationale. La confrontation entre forces de l’ordre et manifestants a été violente. Il y avait des pierres, des grenades lacrymogènes, des barricades, des pneus brûles, des évanouissements, des larmes, des courses-poursuites… Même si on n’a pas vécu un 23-Juin bis, le Sénégal tient son 19-Avril.

    ferez-vous partie des mange -mil ou de la presse des 100?

Les commentaires sont fermés.