dakar 7Allons-nous de déceptions en déceptions au Sénégal ? Voilà un pays dont l’héritage de Senghor aurait pu servir de fil conducteur pour entrer dans la modernité. Mais depuis Abdoulaye Wade, jusqu’au président Macky Sall, le Sénégal est incapable de construire un véritable projet de société pour les sénégalais.
Quelles en sont les raisons ? Tout d’abord, il y a une sorte de prétention. Depuis que le Sénégal est considéré comme «bon élève» en Afrique, en matière de démocratie, on constate un endormissement des dirigeants sur leurs acquis. Le temps n’est plus un facteur déterminant à la réussite des chantiers qui attendent le président Macky Sall. L’impact de la crise économique mondiale et le manque de ressources naturelles devraient pourtant lui mettre la pression. Malheureusement, nous constatons une inertie persistance.

Les indicateurs parlent d’eux-mêmes. La croissance économique stagne autour de 3%. Dès son premier mandat, le président change de Premier ministre au bout d’un an. Des séries de délestages handicapent les grandes villes sénégalaises, suscitant la colère des populations (parfois jusqu’à plusieurs jours de délestage à Dakar). L’assainissement devient un véritable problème, aggravé par les inondations. Le rapport Doing Business, publié par la Banque mondiale classe le Sénégal à la 177ème place sur 189 pays, révélant ainsi l’absence de réformes pour améliorer le climat des affaires afin d’attirer les investissements étrangers.

L’absence de grands chantiers, le manque de politiques efficaces pour faire reculer la pauvreté et baisser le chômage des jeunes, risquent de conduire le pays dans une impasse. Les promesses de campagne, sur le plan économique et social, qui avaient suscité beaucoup d’espoir chez les sénégalais, tardent à se concrétiser. Jusqu’à quand ? Si le président Macky Sall et son équipe ne se réveillent pas vite, c’est tout le navire qui risque de chavirer.

Abderrazzak Sitaïl
Directeur de Publication Les Afriques

PARTAGER