Modern technology gives us many things.

ONU/Le premier traité mondial sur les armes signé

armes controleLe premier traité international pour la régulation du commerce des armes a été signé hier lundi à New York.

Le commerce mondial des armes représente un marché lucratif estimé à 60 milliards de dollars.

Selon la Coalition pour le Contrôle des armes, ce marché est laissé aux caprices de chaque intervenant, ce qui crée une espèce d’arnarchie aux conséquences meurtrières.

La Coalition, un groupe qui sert de parapluie pour des centaines d’ONG, est derrière la pression qui a conduit à l’adoption du traité.

Elle estime que plus d’un demi-million de personnes sont tuées chaque année dans des violences armées.

Dans l’espoir que la signature du traité permettra de sauver des vies, la Coalition souligne que la date de ce lundi entrera dans l’histoire si le traité venait effectivement à être signé.

Mais que contient le traité? Il dispose que les pays ont l’obligation de rendre public leurs ventes d’armes et d’évaluer l’éventualité que ces armes soient utilisées dans des opérations de violation de droits humains.

Seulement trois pays avaient voté contre le traité, en avril dernier. Il s’agit de l’Iran, de la Syrie et de la Corée du Nord. Vingt-et-trois autres pays s’étaient abstenus.

Malgré la noble portée du traité, beaucoup lui trouvent une énorme défaillance, à savoir qu’il sera inefficace dans la lutte contre la contrebande.

N’empêche, la coalition estime qu’il rendra difficile la circulation transfrontalière des armes illégales.

Des pays dévastés par la violence comme la République démocratique du Congo et le Soudan du Sud devraient signer le traité.

Le protocole couvre autant les armes légères que les armes lourdes : les chars de combats, les véhicules blindés, les pièces d’artillerie, les hélicoptères d’assaut, les bâtiments de guerre, les missiles et les munitions.

Le traité exige des pays signataires qu’ils prennent des mesures pour éviter le détournement d’armes conventionnelles pour le marché noir.

Les commentaires sont fermés.