macky abdoulaye daouda dialloC’est à se demander si c’est un aveuglement ou un entêtement qu’aurait fait montre le pouvoir du président Macky Sall à travers la nomination d’un partisan de l’Alliance pour la République (Apr), en l’occurrence Abdoulaye Daouda Diallo au ministère stratégique de l’Intérieur. En effet, au Sénégal, c’est ce ministère qui organise les élections. Et, y nommer un membre du parti au pouvoir ne pourrait que créer des soupçons de « stratagème » avoués ou inavoués. Toujours est-il que l’on se souvient encore de la position des Assises nationales qui avaient préconisé que ce portefeuille soit occupé par une personnalité apolitique, pour éviter justement tout risque de dérapage. Dès lors, l’engagement du respect des conclusions de ces Assises avec des réserves, de la part du Président Sall, est-il sans tenir compte de cette approche ?

Des voix de l’actuelle opposition se sont levées pour fustiger le fait que quand ces gens au pouvoir étaient dans l’opposition, ils ont fustigé le choix d’Abdoulaye Wade de confier le ministère de l’Intérieur à un responsable du parti présidentiel et aujourd’hui au pouvoir, voilà qu’ils font la même chose, à six mois des élections locales.

Face aux questions suscitées par ce choix jadis contesté et remise à jour, renvoyant à un certain « ma waxon waxeet » (j’avais dit, je me dédis), du côté présidentiel l’on estime que « les conclusions des Assises nationales ne sont ni la Bible, ni la Constitution et notre système électoral est suffisamment stable. » Mon œil ! N’est-ce pas  un certain Machiavel  qui disait : « Le prince qui élève une autre puissance ruine la sienne ; car celui qui est devenu puissant se défie toujours de l’industrie ou de la force de celui qui l’a élevé. »

En attendant les locales dans six mois, l’avenir nous édifiera même si d’aucuns sont convaincus qu’il est devenu difficile d’organiser des fraudes, à grande échelle au Sénégal…

 

Balthazar xibaaru.com

PARTAGER