Modern technology gives us many things.

Le DG du Port dans la…Merde

Le Directeur général du Port autonome de Dakar fait à nouveau face à des remous au sein de son entreprise. Aboubracry Sédikh Bèye aurait entamé une campagne de manipulation de l’opinion sénégalaise dans le cadre des contrats des 400 travailleurs du Port qu’il a mis en chômage depuis son accession à la Direction général. “On ne peut pas concevoir que des soutiens de familles qui ont des contrats légaux clairs en toute légalité se trouvent aujourd’hui dans la précarité”, déplorent-ils dans un communiqué parvenu à Xibaaru.

“Depuis sa prise de fonction, le nouveau DG fait tout pour écarter des employés au profit d’autres à des fins politiques. Et pour cela, il veut nous renvoyer juste pour saboter le travail du Présidents Macky Sall grâce à qui nous avons obtenu ces contrats. Cette situation est tout simplement injuste et contraire aux principes du plein emploi, surtout dans un pays sous-développé comme le Sénégal. Il est inconcevable que des contrats signés en bonne et due forme, avec des effets juridiques, soient révoqués dans le simple but de satisfaire certains responsables politiques au sein même de l’APR”, dénoncent-ils.

A les en croire, au moment où la direction générale nous parle de déficit, un grand « Deal » est en train de se préparer et ça risque d’amener un gros scandale. Car, indiquent-ils, le Conseil d’administration du Port autonome de Dakar vient de valider un montant de 7 milliards pour l’achat d’un titre foncier. “Chers Sénégalais restons dans ce titre : Car ce terrain appartient au Port de Dakar alors que le Directeur général veut l’acheter avec l’argent du Port. Une affaire qui mérite l’intervention de l’OFNAC dont nous allons saisir pour lutter contre les conflits d’intérêts et les magouille en sacrifiant d’honnête personnes”, martèlent ces travailleurs en colère.

Aussi, lancent-ils un appel au Président Macky Sall à qui ils informent que d’honnêtes citoyens sont laissés en rade par un Directeur général qui agit avec des démarches unilatérales qui ne visent qu’à déstabiliser le Pays dans un contexte marqué par un climat social qui n’est pas en faveur du gouvernement actuel. “Et si le Chef de l’Etat ne fait rien d’ici mardi prochain : Nous allons tenir une grève de la faim devant les grilles du Palais présidentielle et on est prêt à aller en prison pour ça”, menacent-ils.

Les commentaires sont fermés.