Modern technology gives us many things.

La politique divise les étudiants…

Le décès tragique de Fallou Sène a plongé les universités sénégalaises dans un deuil interminable. Mais, comme dans toutes les sauces où elle s’invite, la politique a fini par semer la zizanie au sein du mouvement estudiantin. En effet, dès l’annonce de la triste nouvelle, des politiciens ont sauté sur l’occasion pour régler des comptes avec le régime qui ne se remettait pas encore du coup de massue qui venait de s’abattre sur sa tête. Dans les médias et sur les réseaux sociaux, chacun y va de son petit commentaire pour déverser sa colère sur le gouvernement.

Mais, les étudiants, lucides, vont remettre les pendules à l’heure à ceux qui ont osé exploiter la mort de leur camarade à des fins politiciennes. Ce qui a eu le don de calmer les ardeurs de certains.. L’audience accordée à la Coordination des étudiants de Saint-Louis par le chef de l’Etat Macky Sall, au lieu d’apaiser le climat, a eu le don de diviser les étudiants. En vérité, le mal était déjà fait. Malgré les précisions de la Présidence et des étudiants de l’Université Gaston Berger, leurs camarades de Dakar les accusent de les avoir écartés. Pis encore, ils sont divisés en deux camps : ceux qui réclament le départ du ministre de l’Enseignement supérieur, Mary Teuw Niane, de celui de l’Intérieur, Aly Ngouille Ndiaye et leur collègue de l’Economie des Finances, Amadou Bâ ; et les autres qui sont contre ces revendications.

« On s’est rendu compte depuis quelques jours que ce combat a pris une tournure politique parce qu’il y a beaucoup de mouvements qui ont vu le jour. Et par rapport à cette situation, nous en tant que responsables des étudiants au niveau de l’Université, nous ne pouvons que fustiger cela », dénonce Ousmane Diémé, porte-parole du jour du Collectif. « Nous décrétons une grève illimitée et nous ne demandons pas à rencontrer le président de la République, ni qui que ce soit. Tout ce que nous exigeons, c’est que justice soit faite sur la mort de notre camarade et il faut aussi que les responsabilités soient situées », riposte Malick Diédhiou initiateur du mouvement « Mary Teuw dégage ».

 

Les commentaires sont fermés.