Modern technology gives us many things.

Marème Faye bousille les efforts de Macky pour se rapprocher de Wade : Elle gâte tout ce qu’il a fait

Marème Faye est une femme qui ne lâche rien du tout. Et aujourd’hui, xibaaru est en mesure de vous prouver que c’est elle la patronne au Palais. Car en ce moment, la première Dame, aussitôt revenue de la Mecque, s’est mise au travail pour « saboter » toutes les démarches entreprises par son mari, Macky Sall, entre la Tabaski et maintenant pour se rapprocher de Wade. Comme si Macky profitait de l’absence de Madame, il avait multiplié en si peu de jours, quelques gestes de bienveillance à l’endroit de son prédécesseur, Abdoulaye Wade.
A peine rentrée, la première Dame, Marème Faye s’attaque au monument Wade. Tous les beaux gestes de Macky envers Wade se retrouvent dès lors compromis et mal interprétés. Car comment l’époux peut caresser Wade au moment où Marème Faye lui met des bâtons dans les roues en l’accusant de faits très graves. Vous avez bien lu !
Marème Faye accuse Wade d’être le commanditaire des attaques contre sa Fondation
Pour une accusation, c’en est une. Marème Faye a quand même mis un gant pour l’accuser. Car c’est un responsable de la Fondation qui est une « voix indiquée et autorisée à parler au nom et pour le compte de la Fondation Servir le Sénégal » qui accuse ouvertement Wade.
Et c’est Meïssa Mahécor Diouf chargé de la logistique de la Fondation de la Première Dame qui porte l’estocade à travers une interview à nos confrères de Dakaractu.
Et ce que dit ce responsable de la « Fondation servir le Sénégal » est extrêmement grave : « Nous avons des informations compromettantes sur Serigne Assane M’backé… Lui même sait que nous savons tout, d’où par ailleurs son mutisme… Je ne vais pas trop m’épancher, mais nous savons que c’est le Pds qui est derrière sa sortie… Je ne vais pas vous révéler ses preuves, mais j’ai moi même suivi une émission à la télévision dans laquelle un dirigeant du Pds revendiquait cette sortie du Mbacké Mbacké. Je m’en arrête là ! ».
Méïssa Mahécor Diouf n’oserait jamais parler sans l’aval de sa patronne Marème Faye. Cette dernière vient par une simple action détruire ce qu’à fait son mari pour se rapprocher de la Famille libérale. Et c’est ce que n’acceptera jamais Madame la gérante du Palais et de la Fondation.
Penda Sow pour xibaaru.com

1 commentaire
  1. Xeme dit

    Mais ce qui est reproché à la fondation « Servir le Sénégal » de Marème Faye l’est aussi à Macky Sall président de la république du Sénégal.
    Parce qu’il s’agit d’une traque dite des biens mal acquis. Il s’agit d’une rupture, nous dit-on. Il s’agit d’une affaire de justice pour récupérer les milliards volés à l’état et les rapatrier. Et cela a commencé par des accusations faites à Karim Wade, entre autres, d’être le propriétaire de DPW Dakar et de la BMCE Capital. C’est le procureur spécial, celui là que le président de la république et sa première dame, veulent que nous prenions pour « le symbole de la justice sénégalaise », c’est celui là qui a dit que DPW Dakar et BMCE Capital appartiennent à Karim. Et depuis qu’il l’a dit, beaucoup de gens ont fait beaucoup d’analyses fondées ou pas pour confirmer ou démentir ces dires, mais jamais « le symbole de la justice sénégalaise » n’est revenu dire, de lui même, que DPW Dakar ou BMCE Capital n’appartiennent plus à Karim, l’accusé d’avoir volé des milliards de l’état.
    Mais dans ces conditions le président et sa première dame doivent servir d’exemples. Ils doivent montrer qu’ils respectent la justice qu’ils nous demandent de respecter. Et comment ? Tant que le « symbole de la justice sénégalaise », qui a déjà dit que DPW Dakar et BMCE Capital sont des fruits du vol de Karim, n’est pas revenu dire le résultat de son travail de justice, le président et sa première dame doivent éviter de se retrouver à faire quoi que ce soit avec BMCE et Dubaï, pour quelque raison que ce soit. C’est ça la bonne démarche. BMCE et DubaÏ ne sont pas les seuls partenaires possibles du Sénégal dans le monde. Et même les dirigeants de BMCE et de DubaÏ comprendraient parfaitement que le président du Sénégal leur dise:
    « Nous n’avions rien contre vous. Mais un dossier est pendant devant notre justice qui vous implique. Pour cette raison, nous préférons attendre le dénouement de ce dossier avant de nouer avec vous des relations fécondes. »
    Ils auraient parfaitement compris. Ils savent ce que c’est qu’un état. Ils savent ce que c’est que la justice. Mais le président dit que la justice suit son cours et il part dîner chez les complices de ses accusés. La première dame veut que nous respections la force de la justice, et elle va recevoir des financements des « complices » de ses accusés. Et après tout cela, on nous demande de la boucler. Que c’est manquer de respect à l’institution que de se poser des questions. Mais qu’est ce qu’ils appellent respect ces gens là ?

Les commentaires sont fermés.