Modern technology gives us many things.

Vidéo-Marche de l’opposition : Karim Wade acclamé

L’opposition sénégalaise a marché, hier, dans les rues de la capitale pour dénoncer les dérives du régime de Macky Sall. Et, il faut dire qu’elle n’y est pas allée de main morte pour réclamer le retour de Karim Wade et traiter le chef de l’Etat et son gouvernement de tous les noms d’oiseaux.

Le retour de karim

Le processus électoral, le procès Khalifa Sall, la Présidentielle de 2019, etc., tout a été une occasion pour les responsables de l’opposition de tirer sur le régime mais aussi pour exiger le retour de Karim Wade…Les Karimistes ont saisi cette occasion pour réclamer le retour du candidat Karim…

Macky piétiné

Si le leader de Pastef/Les Patriotes, Ousmane Sonko, a brillé par son absence, eh bien son représentant ne s’est pas du tout écarté de sa ligne de conduite. En effet, pour montrer que le gouvernement prépare une fraude massive, il a révélé que le Président Macky Sall « fera une conférence de presse le 24 février 2019 à 01h du matin pour se déclarer vainqueur avec un taux de 54%. Le lendemain, tous les leaders de l’opposition seront arrêtés et jetés en prison pour éviter toute contestation des résultats. Un scénario catastrophe pourrait-on dire.

Les autres leaders se sont exprimés sur le parrainage pour dire leur total désaccord. « Nous sommes réduits à l’esclavage dans notre propre pays. Mais nous disons non à l’esclavage. Nous voulons nos cartes nationales d’identité. C’est une urgence signalée. Nous ne voulons pas du parrainage. Nous voulons le bulletin unique. Ensemble nous vaincrons », a dit pour sa part Amsatou Sow Sidibé de Car Leneen.

Me El Hadj Diouf, interdit de plaider au tribunal, dans le cadre du procès Khalifa Sall ne s’est pas privé de le faire lors de la manifestation. « Nous sommes dans un pays de bordel et de foutaise », a-t-il dit avant de se demander comment on peut mettre en prison le maire de Dakar après les témoignages recueillis hier à la barre et qui le disculperaient. A l’en croire, c’est une « honte nationale » et le procès n’aurait jamais dû avoir lieu car c’est un faux procès. « Khalifa Sall est un homme honnête, qui fait peur, qui dérange », a-t-il martelé ajoutant que le pouvoir veut juste salir un adversaire politique.

Les commentaires sont fermés.