Modern technology gives us many things.

Mankoo Tassaroo : les ex-alliés se tirent dessus

La dynamique unitaire de l’opposition en direction des élections législatives s’était déjà envolée avec la pléthore de coalitions qui se sont mises à éclore un peu partout dans l’arène politique. Mais, le coup de massue, bien que prévisible, a été la fissure en deux camps de Mankoo Taxawu Senegaal. Si les proches de Khalifa Sall ont estimé qu’il était inenvisageable que Wade dirige la liste nationale de la coalition, les libéraux, eux, estiment avoir été trahis.

Pour les membres du mouvement Initiative 2017, le Parti démocratique sénégalais n’a pas été sincère au cours des négociations pour la tête de liste. En effet, ils accusent Oumar Sarr et ses alliés d’avoir retardé les démarches au sein de Mankoo pendant qu’ils mettaient en place discrètement la coalition gagnante Wattu Senegaal. Barthélemy Dias lui, s’est contenté de donner un conseil au pape du Sopi. « Wade a été et restera une icône de la vie politique sénégalaise. C’est peut-être le premier pionnier de la démocratie sénégalaise. Il n’a pas le droit, aujourd’hui, pour des enfantillages venant de certains de son parti, de tourner le dos au peuple sénégalais », avait-il dit sur le plateau de Quartier Général.

Mais, l’autre camp estime être la victime dans cette affaire. Si certains leaders ne se sont pas encore publiquement exprimés sur cette affaire, le wadiste éternel, Mouhamadou Lamine Massaly, n’a pas fait dans la dentelle à s’attaquant au maire de Dakar et ses affidés. « Le Parti démocratique sénégalais vient d’être trahi sauvagement par Khalifa Sall, Idrissa Seck et Cheikh Bamba Dièye. Khalifa Sall est entouré de types rejetés par le peuple. Ce sont des assassins qui ne peuvent pas nous faire imposer leur loi. Cette coalition de la surfacturation est dangereuse pour le Sénégal. Elle est aux antipodes des intérêts nationaux. Et, la Nation dans sa globalité doit se mobiliser comme un seul homme pour barrer la route à ces mécréants du Ramadan, c’est des spécialistes de combines de faux et usage de faux. Leurs noms sont cités dans beaucoup de scandales », a-t-il fulminé.

Ainsi donc, des gens qui s’étaient rassemblés il y a quelques semaines sur l’avenue Charles de Gaulle pour vilipender le régime et justement exiger la libération de Khalifa Sall en sont réduits à se tirer dessus. Pire, à insinuer qu’il n’est pas blanc comme neige dans l’affaire qui lui vaut la prison. Ils commencent ainsi à montrer leurs vrais visages à la face du monde. Ce, alors même qu’il n’y a guère longtemps, ils juraient ne pas être dans une logique de partage de sièges et en appelant à l’union sacrée pour imposer au Président Macky la cohabitation à l’Assemblée nationale avant de lui donner le coup de grâce en 2019 en le boutant hors du Palais.

Les commentaires sont fermés.