Modern technology gives us many things.

Mali : accord entre le pouvoir et les rebelles touareg, la présidentielle aura lieu le 28 juillet

mali joie drapeauUn compromis a enfin été signé. Après d’âpres négociations, un accord a été trouvé. Le pouvoir malien et les rebelles touareg qui occupent Kidal, dans le nord du pays, ne sont pas encore en osmose totale. Mais un grand pas en avant a été effectué. En effet, ces deux parties ont signé mardi à Ouagadougou un accord pour permettre la tenue de la présidentielle du 28 juillet. Cette entente marque l’aboutissement d’une dizaine de jours de difficiles discussions, lancées le 8 juin par le président burkinabè Blaise Compaoré. Ainsi, les deux camps ont signé ce document qui prévoit un cessez-le-feu, un retour de l’armée malienne à Kidal (nord-est) et un cantonnement des combattants touareg sur des sites de regroupement.

Le texte, baptisé « Accord préliminaire à l’élection présidentielle et aux pourparlers inclusifs de paix au Mali », a été signé, pour Bamako, par le ministre malien de l’Administration territoriale, le colonel Moussa Sinko Coulibaly. Bilal Ag Acherif et Algabass Ag Intalla y ont apposé leur signature au nom des deux groupes touareg, le Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) et le Haut conseil pour l’unité de l’Azawad (HCUA). Une conciliation qui a été bien perçue par la communauté internationale. Ainsi, le représentant du secrétaire général de l’ONU au Mali, Bert Koenders, a salué une « avancée significative » pour la « stabilisation » du Mali.  De son côté, l’Union européenne, elle, s’est félicitée d’un accord « historique ».

Le texte sera « un tremplin vers un Mali nouveau« , a assuré le ministre malien de l’Administration territoriale. Le pays va se renforcer grâce à cet accord « équilibré, réaliste et pragmatique », a estimé le président burkinabé Blaise Compaoré.

Il faut dire que l’élection présidentielle est jugée cruciale par la communauté internationale. En effet, elle permettrait d’aider le Mali à sortir de la plus grave crise de son histoire. Celle-ci a commencé en 2012 par la prise du nord du pays par des islamistes armés, un temps alliés au MNLA. Ceux-ci ont été délogés début 2013 par une intervention militaire française.

En vue de l’élection, l’accord indique que les soldats maliens doivent entamer « dans les meilleurs délais » un « déploiement progressif » dans la région de Kidal, tandis que des éléments précurseurs seront envoyés dans la ville elle-même « sans délai ». Les groupes armés touareg se sont engagés à cantonner leurs hommes sans attendre. Mais le désarmement n’interviendra qu’une fois signé un accord « global et définitif de paix » entre les nouvelles autorités installées après la présidentielle, d’une part, et les communautés et groupes armés du Nord, d’autre part. L’accord prévoit enfin la création d’une « commission d’enquête internationale » sur les crimes contre l’humanité et crimes de guerre commis dans le nord du Mali.

Les commentaires sont fermés.